Mons comme en-cas avant Lyon?
© Bauweraerts

Football

Mons comme en-cas avant Lyon?

Christophe Berti

Publié le - Mis à jour le

C'est peut-être dans leur défaite enregistrée la semaine dernière contre Denderhoutem en Coupe de Belgique que les Montois doivent tirer la conviction qu'ils ne seront pas un oiseau pour le chat, ce soir, lors de la venue du Sporting Anderlecht au Tondreau, vainqueur l'année passée par 1-2.

«Nous allons défier l'équipe qui possède de grandes chances de décrocher le titre de champion dans quelques mois, explique Marco Casto. Les Bruxellois possèdent un noyau étoffé et de qualité. Après leurs défaites face au Celtic Glasgow, en Ligue des Champions, et au Standard en championnat, on a parlé d'un mauvais passage des Mauves. A mon sens, le revers subi contre le Standard n'était qu'une erreur de parcours.»

Le flanc gauche de l'Albert espère voir une réaction d'orgueil de la part de son équipe après la déception de la Coupe de Belgique. Et cela même si les Hennuyers devront se passer des services de Ban, Berquemanne, Joly et Suray. «Ces absences ne devraient pas nous faciliter la tâche, ajoute Marco Casto. Nous avons aussi une revanche à prendre après notre défaite contre Denderhoutem. En aucun cas, notre mentalité ne doit être montrée du doigt. Il faut quitter la pelouse la tête haute.»

Anderlecht: calendrier chargé

Anderlecht a rarement brillé en déplacement cette saison (La Gantoise, Lokeren, Heusden, Charleroi et Mouscron), mais a à chaque fois remporté les trois points. «On ne brille pas en déplacement comme à domicile, reconnaît Glen De Boeck. Je n'ai pas vraiment d'explication à ce propos, même si je peux déjà vous dire qu'à Mons, entre le terrain très étroit, l'équipe très défensive qu'on aura en face de nous et nerveuse vu son classement, les conditions climatiques qui risquent d'être mauvaises et le match... de Lyon peut-être déjà dans nos esprits, je m'attends à un rendez-vous plus délicat qu'il n'y paraît.»

La victoire en Coupe a un peu atténué les blessures du Sporting laissées par le Celtic et le Standard: «Beaucoup de joueurs cherchent leur second souffle, mais il faut se dire qu'il nous reste sept matchs jusqu'à la trêve, quatre en championnat, deux en C 1 et un en Coupe. Et il faut donc rester concentrés encore un mois avant le repos mérité. En début de saison, le calendrier nous était favorable. Maintenant, cela se complique, avec des déplacements à Genk, au Bayern et à La Louvière. C'est peut-être le moment de faire jouer la concurrence...»

A propos de concurrence, elle semble avoir trouvé une victime en défense centrale: Hannu Tihinen. La paire De Boeck-Kompany est pour l'instant inamovible. «C'est le choix du coach, et cela peut changer, explique l'ancien Diable. Tous trois, nous nous sommes déjà retrouvés sur le banc. Pour l'instant, je dois apprendre à jouer avec Vincent Kompany. C'est un garçon intelligent, et si je peux lui donner un seul conseil, c'est de rester à Anderlecht, pour apprendre son métier, avant de viser plus haut...»

© Les Sports 2003

A lire également

Facebook

Cover-PM

cover-ci

Immobilier pour vous