Quarante-huit heures après la qualif ication pour la finale de la Coupe de Belgique, les ouvriers ramassaient encore les quelque 50 000 gobelets en plastique qui encombraient le stade Veolia. "Une grosse fête, avoue Koen Persoons qui était suspendu mardi. Je le regrette mais ce sera bien vite oublié le 23 mai."

Auparavant , il reste quatre sorties en championnat. Les Sang et Or iront à Sclessin l’esprit libre. "Mais pas en victimes consentantes ! prévient le médian régulateur. Fatigués physiquement et mentalement, nous sommes gonflés à bloc moralement. L’ambiance impressionnante qui règne à Sclessin ? On y est rompu ; nos supporters ne sont peut-être que 12 000 mais ils font autant de bruit que les Liégeois. Et puis, ce sera une excellente répétition avant la finale "

Avec cette finale, le déplacement au Standard constitue le meilleur souvenir de Koen. "Et pour cause, la saison dernière, j’y avais réussi un doublé à Liège Notre campagne est pleinement réussie même si on veut encore ajouter quelques unités à nos quarante points et que, maintenant qu’on atteint le dernier stade, on rêve de remporter la Coupe."

"La force de notre groupe ? Il n’y a pas de vedette chez nous. On a l’art de toujours bien rester les pieds sur terre. On a encore du chemin à parcourir pour égaler nos aînés ! Qui suis-je ? Un garçon simple qui aime être chez lui, dans son jardin, au milieu de la nature. Mes longs cheveux ? Un pur hasard ! Quand j’étais ado, ma longue crinière plaisait aux jeunes filles. Je l’ai donc gardée "