Eusébio, la "panthère noire" venue du Mozambique pour faire la gloire du Benfica des années soixante, qui est décédé dimanche à l'âge de 71 ans, était considéré comme le meilleur footballeur portugais de tous les temps.

Eusébio da Silva Ferreira est né le 25 janvier 1942 à Maputo, capitale du Mozambique, à l'époque une colonie portugaise.

Recruté à 19 ans par le Benfica Lisbonne pour ses exceptionnelles qualités techniques et physiques, il remporte en 1962 la Coupe des champions d'Europe face au Real Madrid de Di Stefano.

Les 733 buts signés au cours de sa carrière en disent long sur ce redoutable attaquant, deux fois meilleur buteur européen (1967/68 et 1972/73), surnommé "la panthère noire" ou simplement "le roi".

Empêché par le régime autoritaire d'Antonio Salazar de signer pour un club étranger, Eusébio accumule les titres avec Benfica (11 championnats nationaux, cinq Coupes du Portugal) et dispute trois autres finales en Coupe des champions.

Elu Ballon d'or 1965, il devient le premier joueur noir à obtenir cette distinction, attribuée à l'époque par le magazine France Football au meilleur joueur européen.

Sa puissance et son agilité écriront également une des pages d'histoire de l'équipe du Portugal, qui obtient la troisième place de la Coupe du monde de 1966.

Meilleur buteur du tournoi avec neuf réalisations, Eusébio est également considéré comme le meilleur joueur de la compétition. Son record de 41 buts en 64 matches pour la "Seleçao" ne sera battu qu'en 2005, par Pedro Pauleta.

Eusébio quitte le Benfica en 1975 et prend sa retraite trois ans ans plus tard, après de brefs passages par des clubs américains et de modestes équipes portugaises.

Il devient alors ambassadeur du Benfica et de la Fédération portugaise de football. Toujours présent lors des grands rendez-vous, plusieurs générations de joueurs ont ainsi pu côtoyer la légende.


Platini salue "un des plus grands joueurs de l'histoire"

Le président de l'Union européenne de football (UEFA) Michel Platini a déploré dimanche la "perte d'un des plus grands joueurs de l'histoire".

"Sur la pelouse, Eusebio était une légende, que ce soit sous le maillot du Portugal ou de Benfica. Mais en dehors, egalement, il était un bel amabassadeur du football portugais. Il était plus qu'un footballeur, un homme bon et charmant. Eusebio nous manquera", a réagi M. Platini sur le site de l'UEFA.


Joseph Blatter salue "une légende", Benfica "une référence mondiale

Le président de la Fédération internationale de football (FIFA), Joseph Blatter, a déploré dimanche la "perte d'une légende" de ce sport.

"Le foot a perdu une légende, mais Eusebio gardera à jamais sa place parmi les plus grands", a réagi M. Blatter sur son compte Twitter.

Eusebio était un ambassadeur du football et de la FIFA, il nous manquera énormément. Reste en paix "panthère noire", a-t-il encore écrit.

"Nous allons nous rappeler de son talent, son exemple, son caractère qui a marqué le football portugais et qui s'est imposé comme une référence mondiale du football", a commenté de son côté le club de Benfica. "La vie d'Eusebio est le patrimoine de tous ceux qui aiment le football. Le Benfica était son port d'attache. Il a fait du Benfica plus qu'un club, il en a fait sa maison et sa famille. La mémoire et l'héritage d'Eusebio resteront parmi nous".

Le Portugal décrète trois jours de deuil national

Le gouvernement portugais a décrété trois jours de deuil national après la disparition de la légende du football portugais Eusebio, a annoncé un porte-parole du gouvernement.

Le Portugal décrète trois jours de deuil national en hommage à Eusebio qui a "son nom gravé en lettres d'or dans le livre du football mondial", a déclaré Luis Marques Guedes, porte-parole du gouvernement aux médias.

Le corps de la "panthère noire", comme il était surnommé, sera exposé dimanche après-midi au stade de la Luz, à Lisbonne, où les premiers supporteurs ont commencé à affluer pour déposer des fleurs, a-t-on appris de source proche du club.

"Eusebio a contribué au rayonnement de son pays dans le monde. Le Portugal lui doit beaucoup en tant qu'ambassadeur du sport national", a souligné M. Marques Guedes à la radio TSF.

"Je pense que le deuil des Portugais s'étend à tous les pays africains de langue portugaise, d'où Eusebio était originaire, ainsi qu'à toutes les parties du monde où il y a des communautés portugaises", a-t-il ajouté.

Le maire de Lisbonne, le socialiste Antonio Costa, a également rendu hommage à l'ancienne gloire du football et a précisé que les drapeaux de la capitale portugaise seront mis en berne.

Le président de la République Anibal Cavaco Silva devait quant à lui faire une déclaration en fin de matinée depuis le Palais présidentiel de Belem. La fédération portugaise de football (FPF) a de son côté décrété une minute de silence avant tous les matches de championnat qui se joueront ce dimanche.

"Eusebio ne nous quittera jamais. Il est une figure unique du football portugais", a observé Fernando Gomes, président de la FPF, ajoutant qu'Eusebio disparaissait pendant l'année du centième anniversaire de la FPF qui avait prévu une cérémonie en hommage à l'ancien international.

Eusebio sera inhumé lundi près du stade de la Luz

La légende du football Eusebio sera enterré lundi au cimetière de Lumiar, dans la banlieue nord de Lisbonne, a annoncé son ancien club Benfica.

Une messe sera célébrée lundi à 17H00 à l'Eglise du Séminaire près du stade de la Luz à Lisbonne, suivie une heure après de l'enterrement à Lumiar, selon un communiqué publié sur le site de Benfica.

Conformément au vœu d'Eusebio, son cercueil fera auparavant, vers 14H30, le tour du stade de la Luz, où ses supporters pourront rendre un dernier hommage à l'ancien international portugais.

La dépouille de la "panthère noire", comme il était surnommé, sera exposée en chapelle ardente dimanche à partir de 18H30 au stade de la Luz, où les premiers supporteurs ont commencé à affluer pour déposer des fleurs et se recueillir devant sa statue, a constaté l'AFP.

Le monde du football lui rend hommage