SAINT-TROND Les Mouscronnois sont venus - dans le Limbourg -, ils ont vu - le Staaienveld secoué par de violentes rafales de vent - mais ils n'ont pas vaincu - Saint-Trond -: le bourgmestre local a interdit le déroulement de la rencontre pour raisons de sécurité. `C'est dommage, regrettait Marco Casto, nous étions prêts, mentalement, à réaliser un petit quelque chose sur une pelouse qui tend à devenir notre terrain fétiche.´

Ludwig Vandenhove, le principal édile de Saint-Trond, n'a pas osé courir le risque de laisser s'engager la rencontre dans des conditions météorologiques aussi précaires: `Sportivement, rien ne m'empêchait d'engager les débats, expliquait l'arbitre, Luc Melotte. Nous sommes arrivés au stade à 13h30 et, après avoir effectué le tour des installations, pour tout contrôler, nous étions disposés à donner le coup d'envoi du match. Le vent aurait fortement contrarié la course du ballon mais il aurait appartenu aux joueurs de le domestiquer. Mais le bourgmestre, qui a en charge la sécurité de ses concitoyens, s'était enquis du temps auprès du Wing Météo. Il avait ainsi appris que le pic de vent dans la région était prévu entre 14 et 18h. Il n'a donc pas voulu courir le moindre risque et a pris la décision unilatérale de postposer la rencontre. Je comprends son initiative.´

Personne, en fait, ne la contestait. Venus apprécier la colère d'Eole sur la pelouse, les joueurs mouscronnois se sont rangés à la décision du bourgmestre quand ils ont observé l'étrange oscillation d'un pylône d'éclairage. Ils estimaient simplement qu'ils auraient pu être dispensés d'avoir dû effectuer en vain un aussi long déplacement.

Exemple à l'appui, Lorenzo Staelens déplorait le manque de prévoyance des services compétents de la Fédération: `L'offensive du vent était prévisible, pourtant. Ce dimanche matin, nos Diablotins se sont rendus inutilement à Charleroi. Nous, nous avons quitté Mouscron à 9h15. C'eût été un moindre mal pour nous si nous avions été prévenus du report du match vers 11h15, par exemple: notre autocar atteignait Strombeek à cette heure-là. Nous aurions alors fait gentiment demi-tour en nous épargnant, aller et retour, quelque cent vingt kilomètres superflus.´

Amusé, l'entraîneur mouscronnois glissa: `Mais l'Union belge va sûrement nous rembourser nos frais de déplacement d'aujourd'hui...´

Car Mouscron reviendra évidemment à Saint-Trond. Quand? L'Excelsior aurait repris le car ce soir si le comité sportif l'y avait obligé. Mais ces deux clubs n'étant pas concernés par les Coupes d'Europe, ils ne sont astreints à aucune contrainte de calendrier: ils se reverront donc sans grincement de dents. Quant à Saint- Trond, il doit toujours disputer son premier match un dimanche après midi...

© Les Sports 2002