Jacky Munaron a connu l'enfer de Belgrade: avec Anderlecht, il a affronté l'Etoile Rouge dans le cadre de la Coupe des Clubs Champions. Le 17 mars 1982, lors du match retour après avoir gagné 2-1 à Bruxelles, le Sporting (avec Broos, De Groote, Lozano, Vercauteren, etc.) était allé s'imposer 1-2 dans le stade Maracana, du temps où il pouvait accueillir 100000 spectateurs! «Ce match m'a marqué parce qu'il s'était passé quelque chose de spécial, se souvient l'ex gardien d'Anderlecht. À l'époque, le Sporting était entraîné par Ivic. Et Peruzovic était dans l'équipe. Deux Croates, qui débarquaient à Belgrade... On sentait la rivalité. Déjà dans le tunnel, il y avait eu une altercation avec Luka. Les joueurs de l'Etoile Rouge essayaient de l'intimider. Nous, on ne comprenait pas ce qu'ils se disaient mais on savait qu'ils ne lui souhaitaient pas la bienvenue...» Quelques instants auparavant, Jacky Munaron et ses coéquipiers avaient déjà perçu une atmosphère particulière. "Tomislav Ivic était très pointilleux en général. Là, il nous avait dit de profiter... Il avait montré un autre visage et cela nous a donné confiance. Quand nous sommes montés sur le terrain, l'ambiance était survoltée. Ce stade ressemblait à une cuvette, un peu comme au Kuipje. Avant le match, ces cris stridents, cette foule qui chante, etc. ça peut impressionner. Mais une fois le coup d'envoi donné, on est dans son match.» Et le Sporting avait effectivement mené sa mission à bien en allant confirmer sa qualification en déplacement. «Nous avions livré un gros match. Nous avions une équipe talentueuse, avec de la maturité. Après la victoire, nous pensions devoir regagner en courant pour éviter d'être pris à parti par les supporters. Là encore, nous avions été surpris. Ils s'étaient levés pour applaudir Peruzovic et Ivic. Après avoir tenté de les déstabiliser, ils s'inclinaient devant la défaite. Ivic avait applaudi en retour... » (D.D.M.)

© Les Sports 2005