Le FC Nantes a obtenu un bon résultat nul (0-0) en s’arc-boutant en défense en fin de match sur le terrain des Néerlandais du PSV Eindhoven, mercredi lors d’un match qui n’a pas tenu toutes ses promesses lors de la 5e journée de la 1re phase de la Ligue des champions de football.

Nantes, qui avait l’occasion de se qualifier directement en cas de victoire, reste en course pour le 2e tour. Tout se jouera lors de la 6e et dernière journée le 30 octobre. Nantes accueillera la Lazio Rome.

Dans les dix premières minutes, la maîtrise du ballon était nantaise. Les Néerlandais perdaient énormément de ballons au milieu de terrain, semblant également pêcher par nonchalance dans le dernier geste.

Mais les hommes d’Eric Gerets mettaient fin à ce faux-rythme avec leur plus grande occasion de cette première période: deux tirs puissants, dans la même action, de Bouma et de Kezman, repoussés tous deux par un Landreau impérial et aérien sur sa ligne (15).

Les Canaris, qui ne pouvaient répondre que par un tir trop mou de Laspalles (18), voyaient alors le PSV hausser son niveau de jeu et s’installer peu à peu dans leur camp.

Landreau s’interposait encore sur une balle de Rommedahl, intenable dans son couloir droit, à destination de Vennegoor of Hesselink (34). Le rythme de la rencontre s’émoussait ensuite, dans une partie peu spectaculaire où les espaces étaient très réduits.

Les troupes de Raynald Denoueix s’en tiraient à bon compte grâce au métier de Fabbri et au talent d’Armand au marquage individuel, et regagnaient les vestiaires sur le score de 0 à 0.

A la reprise, les Nantais tentaient de reprendre la direction du jeu, avant qu’Eindhoven ne réimprime son pressing haut. Le capitaine du PSV Vogel ratait une énorme occasion, avec un lob à priori immanquable qui passait à côté du cadre de Landreau (55).

Puis le match baissait à nouveau d’intensité. La domination des Rouge et Blanc était seulement contrariée par des débordements de Quint, dont les centres ne trouvaient pas preneurs.

Dans les 20 dernières minutes, le PSV assiégeait les buts de Landreau, qui sauvait encore son camp en dégageant des deux poings une tête de Vennegoor Of Hesselink (86), véritable et dernière occasion après une accumulation impressionnante de tirs néerlandais non cadrés. (AFP)