Ne seront-ils que dix-sept à franchir la ligne d’arrivée ? Voici l’interrogation majeure dont la réponse devrait tomber mercredi. Ce samedi pourrait en effet marquer le dernier tour de piste de l’Excelsior Mouscron qui, sportivement, a pourtant longtemps suivi de près les meilleurs châssis de la compétition. Aux avant-postes également, cette 26e boucle constitue un tournant dans la course à la victoire et au podium.

Dès hier soir, Anderlecht avait l’occasion de prendre ses distances par rapport à des Standardmen, obligés de monter en régime. Les Liégeois auront en effet besoin de toute la puissance de leur moteur, malgré l’absence de leur principal pilote, Steven Defour, pour doubler un retardataire genkois qui n’a toujours pas tiré un trait sur la troisième place.

Des Limbourgeois d’autant plus ambitieux qu’une accélération décisive dimanche pourrait les rapprocher des Brugeois du "Club". Si l’écurie "blauw en zwart" semble avoir enfin trouvé les bons réglages, la menace constituée par les bolides gantois n’en est pas moins importante.

En queue de peloton aussi, un écart conséquent pourrait se créer samedi entre les plus petites cylindrées. Si Dender et Roulers parviennent à se défaire respectivement du Cercle et de Zulte-Waregem, Tubize et Mons n’auront d’autre option que la victoire sous peine de ne plus avoir d’autres concurrents directs qu’eux-mêmes dans leur ligne de mire.

Westerlo paraît pourtant trop régulier pour succomber chez les Sang et Or et le GB, qui dispose d’un nouveau moteur depuis janvier, fait figure de grandissime favori face aux Dragons. Néanmoins, ces derniers ont prouvé au tour précédent que même le champion de Belgique pouvait éprouver les pires difficultés à les déborder.

Privés de toute ambition en cette fin de course Lokeren et Charleroi se livreront un duel pour l’honneur même si les Hennuyers veulent établir les bases d’une prochaine saison plus conforme à leurs objectifs.

Enfin, Mouscron tentera de rivaliser avec Courtrai, peut-être inconsciemment avec le pied sur le frein. A moins de trouver un mécène providentiel, les Hurlus ne termineront pas cette course. Dès lors, si ce tour doit être le dernier, Enzo Scifo aimerait qu’il soit d’honneur et compte sur ses protégés pour l’accomplir la tête haute. Les monoplaces mouscronnoises, en manque d’essence, effectueront ensuite un arrêt au stand qui s’apparentera soit à un approvisionnement de fortune, soit à un abandon définitif.