© BELGA

Football

"Nous avons mis le frein à main"

Yves Taildeman

Publié le - Mis à jour le

Anderlecht n'a pas dû forcer son talent pour venir à bout d'une très faible équipe du Brussels. Le match a duré 17 minutes, le temps pour Wasilewski de planter le deuxième but anderlechtois. Jusqu'à la pause, le Sporting a songé au spectacle. La deuxième mi-temps était par contre d'une monotonie indescriptible.

"Les joueurs avaient la tête à Fenerbahçe", affirmait Roger Vanden Stock et Herman Van Holsbeeck confirmait : "On a mis le frein à main, après le repos." La conclusion des patrons était d'ailleurs identique : "Mission accomplie : on a les trois points."

Qui plus est, le Parc Astrid a enfin découvert son nouvel attaquant, Cyril Théréau, qui a répondu par un joli but de la tête. "Non, ce n'est pas un but typique pour moi", indiquait le grand Français (NdlR : 1,89 m) . Mon jeu de tête n'est pas mon point fort."

Pourtant, on a vu Théréau gagner bon nombre de duels aériens, ce qu'il n'avait pas fait lors du match de la honte contre Murcie (0-6). "J'ai des problèmes de concentration et de motivation lors des matches amicaux, disait-il. J'ai oublié Murcie. J'ai retrouvé mes sensations à l'entraînement, et cela a payé : deux heures avant le match, j'ai appris que je jouerais. J'étais surpris mais heureux..."

Après le match, Théréau estimait : "Je suis content mais pas satisfait. Content parce qu'on a gagné et que j'ai marqué, pas satisfait parce que ce n'était pas un grand Cyril. Dans les duels, les prises de balle et les combinaisons, je ne me sentais pas bien sur le terrain. Il me manque du rythme de match. A la fin de la première mi-temps, je sentais déjà que j'avais dépensé beaucoup d'énergie. Honnêtement, je redoutais ce premier match. Je me suis donné à fond."

Garcia et Mommens

Bref : Théréau a besoin de matches. Mais cette fois-ci, il est prudent en évoquant ce sujet. Après la Supercoupe, il avait dit qu'il était déçu de n'avoir joué que cinq minutes. "Je ne vais pas exiger une place de titulaire contre Fenerbahçe. Je suis déjà ravi d'avoir joué ce soir. Les applaudissements du public m'ont fait le plus grand bien. Je veux rendre au club ce qu'il m'a donné."

Il devait encore nous expliquer une chose, l'aimable Français. Pourquoi il s'était précipité vers José Garcia, le team manager de l'équipe, après son but ? "J'ai été blessé à la tête", expliquait Théréau, entendant par là qu'il avait eu des problèmes mentaux. "Je n'oublie pas les gens qui m'ont aidé. J'ai aussi pensé immédiatement à Raymond Mommens (NdlR : le scout qui a fait venir Théréau) , qui a toujours cru en moi."

A lire également

Facebook

Cover-PM

cover-ci

Immobilier pour vous