Il se passe toujours quelque chose sous la coupole en verre de l'Union Belge de football (URBSFA). 

Après Frank De Bleeckere, "tombé des nues" mardi en apprenant son licenciement comme Talent & Elite Referee Manager, c'est au tour d'Enzo Sifo de se retrouver sur la sellette avant même son entrée en fonction comme coach des Espoirs. Une nomination qui est même remise en question si l'on en croit un article paru ce vendredi matin dans "Het Nieuwsblad", tout comme l'étendue des pouvoirs du sélectionneur national Marc Wilmots. Les parties intéressées en débatteront mardi prochain autour d'une table.

C'est notamment la succession de l'ancien coach des Espoirs Johan Walem, lequel avait choisi de poursuivre sa carrière en club à Mouscron, avant de finalement signer à Courtrai, qui est en cause. Mais aussi les prérogatives de Marc Wilmots, dont le contrat précise qu'il supervise la désignation des staffs techniques des U18, U19 et U21, rappelle Het Nieuwsblad.

Mais la direction de l'Union Belge estimerait qu'un coach national doit savoir s'exprimer dans les deux langues nationales. Et que le francophone louviérois Scifo n'a donc pas le profil requis. Ce qui ne l'avait pas empêchée d'offrir un contrat en or au Néerlandais unilingue Dick Advocaat, après avoir également négocié avec son compatriote Louis van Gaal, alors que plusieurs Diables et non des moindres, dont Eden Hazard, ne comprennent pas le néerlandais.

Wilmots qui veut voir le poste attribué à Scifo, estime que son pouvoir de désignation est clairement exprimé dans son contrat. Mais pour l'Union Belge un "superviseur" n'a pas cette compétence.

"C'est au Conseil d'adminisstration qu'il revient de prendre la décision finale", affirme ainsi le président du FC Malinois (un ancien club de Wilmots) Johan Timmermans.

Les Espoirs jouent un match qualificatif pour l'Euro le 4 septembre en Lettonie. C'est Gert Verheyen, le coach des U18 et U19, qui dirigera les U21 à titre intérimaire.