Accompagné de son coach et compatriote John van den Brom, le capitaine de l’équipe Espoirs des Pays-Bas a laissé une bonne impression. Il a surtout l’air d’être très intelligent. Nuytinck ne devra pas patienter longtemps avant de recevoir du temps de jeu à Anderlecht. Il sera dans la sélection contre le Lierse et tout porte à croire qu’il sera titulaire. Si le test s’avère positif, il pourrait être dans le onze de base à Milan, mardi. "Il est prêt", assure van den Brom. "Sinon, on ne l’aurait pas transféré."

Que dire après une bonne dizaine de jours au Sporting, Bram ?

Le complexe d’entraînement est fantastique. Ce n’est pas comparable avec ce que j’ai connu à NEC Nimègue. J’ai très bien été accueilli.

En août, vous aviez déclaré que vous resteriez à NEC.

A ce moment-là, il y avait de l’intérêt, mais il n’était pas encore très concret. J’avais déjà parlé avec John van den Brom, mais les choses ne se sont précipitées que lors des deux derniers jours du mercato.

La qualification pour la Ligue des Champions a été le déclic.

Non. Si Anderlecht ne s’était pas qualifié, je serais également assis sur cette chaise (NdlR : van den Brom l’interrompt : ‘Tu ne serais pas ici, Bram.’) Non mais cela n’aurait rien changé pour moi.

Avec des Néerlandais qui en ont marqué l’histoire. Comme Rensenbrink.

Le nom me dit quelque chose, mais cela date d’une autre époque.

Vous devriez apporter un plus au niveau de la construction en défense.

C’est une de mes qualités. Mais j’ai assisté à Anderlecht - Genk. J’ai vu d’autres très bons footballeurs.

Johan Boskamp a déclaré que vous pouviez déposer un ballon de 50 ou 60 mètres sur la cravate d’un coéquipier.

(Rires) Parfois, cela me réussit, mais j’en rate parfois aussi. Ne croyez pas que je balance toujours des longs ballons. Je préfère construire de derrière.

Quels sont vos autres points forts ? Et vos points faibles ?

Je suis fort physiquement, je suis grand, je veux toujours gagner. Et de temps en temps, je marque un but.

D’aucuns vous comparent à Arnold Kruiswijk, qui a échoué au stade Vanden Stock.

Cela ne m’effraie pas. C’est un autre joueur et c’était une autre époque.

Avez-vous déjà remarqué une différence entre le foot belge et néerlandais ?

On dit que le foot néerlandais est plus beau et le foot belge plus physique et dur. Je crois que c’est vrai, même si la différence n’est pas si énorme.