Les joueurs, le staff technique et les dirigeants du Sporting attendaient cela depuis longtemps : dimanche soir, Genk a trébuché dans le piège tendu par le Germinal Beerschot et Anderlecht occupe désormais seul la tête, à seulement six journées de la fin du championnat.

Franky Vercauteren a vécu la contre-performance limbourgeoise non sans un certain stress... "J'ai regardé le télétexte à 22h30, raconte l'entraîneur anderlechtois. Genk était mené 2-1 mais cela m'a un peu énervé de constater que le match n'était pas toujours fini ! Après, j'ai tout de même regardé le résumé et les interviews d'après-match. J'ai pu constater que hormis quelques erreurs individuelles, Genk avait livré une bonne prestation et qu'il méritait mieux..."

18 matches sans défaite

Mais les Limbourgeois se sont inclinés et le Sporting a désormais son sort entre ses mains. Il y a trois semaines, les Mauves avaient déjà laissé s'échapper l'occasion de prendre la tête en partageant l'enjeu contre Zulte-Waregem. "Je n'accorde aucune importance au fait que nous soyons longtemps restés à la deuxième place, poursuit Vercauteren. Ce n'est pas toujours l'idéal de débuter un sprint en tête : regardez le Tour des Flandres ! L'important, c'est de passer devant au bon moment. Une fois en tête, quand on est assez fort, on ne se fait plus dépasser."

Que faudra-t-il pour que le coureur anderlechtois ne se fasse pas dépasser par le cycliste genkois avant la ligne d'arrivée, le 19 mai ? "Beaucoup d'éléments seront déterminants. Mais l'essentiel sera surtout la qualité de notre jeu. Durant le second tour, elle a déjà été supérieure à ce que nous avions montré avant la trêve. Je n'ose pas le dire trop fort, pour éviter les malheurs, mais dois-je rappeler que nous n'avons plus connu la défaite, toutes compétitions confondues, depuis 18 matches ? D'un autre côté, nous avons aussi signé huit partages. C'est peut-être un peu trop..."

L'entraîneur anderlechtois se veut modeste. Par nature, mais aussi parce qu'il sait que tout excès de confiance pourrait coûter très cher.

"La hiérarchie est claire..."

"J'envisage d'aborder nos deux matches de Coupe contre le Standard d'une manière différente, prévient Franky Vercauteren. Je n'ai pas attendu d'être en tête du championnat pour faire ce choix : j'avais déjà pris ma décision après le 0-0 contre Zulte-Waregem. Avant ce match, nous avions affronté Genk à deux reprises avec la même équipe..."

Le sous-entendu est clair : le coach du Sporting fera tourner son effectif en Coupe, afin de préserver la fraîcheur de son équipe type en championnat. Car dans le chef des supporters comme dans l'agenda des dirigeants mauves, les priorités sont claires.

"J'ai toujours dit que disputer la finale de Coupe serait quelque chose de très spécial. Mais la hiérarchie est claire : le premier objectif était d'assurer une place en Ligue des Champions, le second est le titre et ensuite, seulement, vient la Coupe. Il est évident que nous prendrons tout ce qui est bon à prendre..."