L'année 2007 ? Elle est bonne, mais ce n'est pas un aussi grand cru qu'en 2005 et 2006. Une huitième place avec 24 unités, cela reflète bien un premier tour fait de hauts et de bas. Logique puisque nous sommes encore en phase de professionnalisation et qu'on tente de grandir à tous les niveaux."

Les Molenbeekois aimeraient pouvoir faire le même genre d'analyse que Franky Dury. On en est loin...

"Dans le fond du classement, les équipes vivent régulièrement le scénario qui fut notre pain quotidien, déplore Julien Gorius. Dominer sans marquer et encaisser en contre. J'espère que nous reprendrons l'an nouveau de manière différente. Je suis confiant même si nous allons partir de très loin avec ces malheureux onze points. Il faudra gommer ces erreurs de débutants que nous avons trop souvent commises. Et puis, on devra se montrer plus réaliste, à l'image de la leçon que le Cercle nous a donnés voici huit jours. J'espère que les renforts annoncés viendront relever le niveau général."

Son capitaine, Alan Haydock, confirme ses dires en rajoutant une couche : "On a besoin de plus de concurrence. Généralement, quand un entraîneur procède à des changements, cela doit apporter un plus. Chez nous, ce fut trop souvent l'inverse. J'ai pleine confiance en le président. J'ai eu une excellente discussion avec lui et le coach vendredi. Il travaille sans relâche (en faisant moins de bruit qu'à l'habitude) pour doter le club d'autres moyens pour la seconde moitié de la saison. Il est grand temps qu'on améliore l'image de marque du Brussels !"