La chance du champion ? La force de caractère ? A ce stade de la saison, le Standard n'en a cure. Hier soir à Sclessin, l'essentiel pour les Liégeois était de battre Mouscron : mission accomplie grâce au but d'Onyewu, à la 87e minute, et aux arrêts décisifs d'Espinoza. Au final, cela a permis aux Rouches d'empocher les trois points qui les rapprochent un peu plus du titre.

On croyait pourtant se diriger vers un nouveau partage blanc entre les Liégeois et les Mouscronnois. Comme au match aller, sauf que cette fois les Rouches ne se sont pas créés une foule d'occasions. Que du contraire : Volders a eu peu de travail et c'est Espinoza qui a dû sortir le grand jeu.

Comme ce fut le cas à plusieurs reprises ces dernières semaines, le Standard a mal négocié une mi-temps. Hier soir à Sclessin, ce fut la première. Trop lents, trop loin les uns des autres et trop imprécis, les Liégeois n'ont inquiété Mouscron qu'à deux reprises. En tout début de match, sur une tête d'Onyewu captée par Volders, et en toute fin de mi-temps, suite à une percée axiale de Defour qui dévissait son envoi du gauche. Mais ce sont les Hurlus, bien organisés et plus vivaces, qui se sont ménagés les plus belles occasions. Par l'entremise de deux anciens Standardmen, notamment. Au quart d'heure, la frappe lointaine d'Oussalah obligeait Espinoza à effectuer une belle détente. A la 40e minute, Moius débordait côté gauche et centrait pour Walasiak dont la frappe était sortie en corner par le dernier rempart équatorien.

Les Rouches revenaient sur la pelouse avec plus d'entrain. Parti dans son style, Jovanovic se présentait seul face à Volders mais tirait à côté de la cible. Mouscron misait tout sur le contre mais ne profitait pas de ses situations en supériorité numérique. Parce que les Hurlus buttaient sur la défense rouche, parce qu'ils manquaient de précision - comme sur cet essai de Walasiak - ou encore parce qu'ils buttaient sur Espinoza. Le gardien équatorien a été décisif face à Tomou, pourtant seul après un contre favorable. Finalement, le Standard allait trouver l'ouverture suite à une phase arrêtée. Le coup franc de Jovanovic trouvait le front d'Onyewu (1-0). Le Standard tenait ce succès peut-être peu mérité mais ô combien important dans le sprint final !