Le KV Ostende tire la sonnette d’alarme. Le club est au bord de la faillite vu que Marc Coucke ne veut pas faire de concessions à la compagnie PMG, le candidat acheteur américain d’Ostende.

"Coucke se mêle encore tellement d’Ostende qu’il y a conflit d’intérêts", dit le président Frank Dierckens dans Het Nieuwsblad. Selon le règlement des licences, un président ne peut pas s’occuper de la politique de deux clubs. "On en a marre. Coucke est à la base de 90 % de nos problèmes. Qu’il prenne ses responsabilités et qu’il lâche Ostende."

La semaine passée, Anderlecht a obtenu un avis positif pour sa licence, malgré le rôle de conseiller externe de l’agent de joueurs Wouter Vandenhaute et malgré la perte record de 27 millions. Mais Ostende compte mettre des bâtons dans les roues anderlechtoises. "Si Coucke n’accepte pas l’offre très correcte de PMG, je vais dévoiler la vérité à la Commission des licences", dit Dierckens.

Selon le nouveau patron du club côtier, Coucke est encore lié à Ostende. "Tout d’abord, il y a la fameuse nouvelle tribune, pour laquelle Coucke réclame ses 6,2 millions. Puis il veut récupérer 13,5 millions de sa vente du club via des constructions de tout genre. Il veut une hausse du prix de location de la tribune et il réclame de l’argent d’anciens transferts. Et il a emmené plusieurs de nos sponsors à Anderlecht."

Selon Dierckens, PMG veut rembourser Coucke pendant… 50 ans. "La compagnie lui propose de payer 1 million directement. Et ensuite, elle propose de lui payer une location de 750 000 euros par an jusqu’en 2030 et de 600 000 euros par an jusqu’en 2070. Mais il ne veut même pas négocier lui-même. Il envoie Pieter Bourgeois (le fils du politicien N-VA Geert)."