C1 Un premier test d’envergure. Voilà comment pourrait être résumée la rencontre que Paris dispute ce mercredi soir face au Bayern Munich. Véritable choc de cette journée, la rencontre entre les Parisiens et les Bavarois aura assurément des répercussions qui dépasseront les frontières du groupe B.

Pour le PSG, il est avant tout question de crédibilité. Après avoir dépensé des fortunes pour s’attacher les services de Neymar (222 millions d’euros) et Kylian Mbappé (180 millions bonus compris), le club parisien doit désormais assumer ses ambitions sur le terrain. Marco Verratti l’a bien compris.

"Pour la première fois depuis longtemps, je pense qu’on se situe au niveau du Bayern", a assuré le médian italien en conférence de presse.

Il le sait : une victoire face au Bayern permettrait d’envoyer un signal fort à toute l’Europe du football. "Mais on doit avant tout envoyer un signal à nous-mêmes, nuançait-il. Gagner contre le Bayern en jouant bien pourrait nous donner une énorme dose de confiance."

Une confiance qui semble déjà habiter les Parisiens, malgré le partage 0-0 à Montpellier, le week-end dernier, et l’affaire du penaltygate qui a récemment secoué le vestiaire. "Nous sommes tranquilles, indiquait Unai Emery. On a commencé la saison avec des victoires et le premier partage concédé samedi n’a pas changé l’ambiance ni nos idées."

La compétition européenne est un contexte complètement différent. "Nous sommes une grande équipe, une équipe avec une histoire et on fait partie de ces formations qui veulent remporter la compétition, assume Unai Emery. Face au Bayern, nous aurons l’objectif de montrer qui nous sommes. Et pour y parvenir, nous devons affronter des équipes de cette envergure."

Et ce, malgré la pression des millions. "Quand j’étais en Espagne, je regardais les grandes équipes d’Europe comme le Real Madrid ou le FC Barcelone, le Bayern Munich, la Juventus ou Manchester United, a expliqué Emery. Elles avaient les meilleurs joueurs du monde. Et quand je suis arrivé à Paris, je suis arrivé dans l’une de ces équipes. Cet été, c’est vrai, nous avons fait un pas important pour être en concurrence avec les meilleures équipes. Aujourd’hui, nous avons, sportivement parlant, plus d’ennemis parce qu’ils nous prennent au sérieux. Ils voient en nous une équipe capable de gagner la Ligue des champions."

Et qui, si elle veut prouver qu’elle appartient désormais à la cour des grands, doit impérativement bien négocier une rencontre qui sonne, déjà, comme un premier tournant de sa saison. C’est écrit : ce match résonne comme le premier grand défi du nouveau Paris.