Voici d’autres incidents impliquant Anthony qui expliquent le ras-le-bol mauve.

On connaissait l’incident du lacet (il l’a refait au moment de la minute de silence pour Grégory Mertens), du penalty à Arsenal (il l’a tiré contre les consignes de Hasi… et l’a converti), des bourdes à Bruges (suite à un manque de concentration, il avait deux buts pour sa pomme) et du ramadan (il a jeûné par respect pour son amie maghrébine alors qu’il n’est pas musulman). Mais il y en a d’autres, jamais publiés.

La goutte qui a fait déborder le vase, c’est une altercation qui a eu lieu lundi. Après sa séance de théorie, Besnik Hasi a demandé s’il y avait des remarques. "Le staff technique ne devrait-il pas se remettre en question ?" a lancé Vanden Borre. Geert Emmerechts, le T2, a réagi. "Que veux-tu dire ?" lui a-t-il lancé. Le ton est monté et les deux protagonistes en sont presque venus aux mains. Deux joueurs les ont séparés et ont sorti Vanden Borre. Il a été vers Van Holsbeeck, qui l’a mis dans le noyau B.

Jeudi passé, Vanden Borre avait des problèmes de constipation. Après une visite à l’hôpital, il a reçu des médicaments qui auraient un effet immédiat. "Je ne les prendrai que demain", a-t-il dit au club. Du coup, ses problèmes n’étaient pas résolus et il n’a pas été repris dans le noyau.

En début de saison, les joueurs doivent se présenter à l’entraînement avec un taux de graisse de 12 %. Celui de Vanden Borre dépassait largement les… 20 %.

Son pourcentage d’absentéisme aux entraînements collectifs était de plus en plus dramatique. Lors de la saison 2013-2014, quand il voulait aller au Mondial, il était de 10 %. La saison d’après (sa blessure y était pour quelque chose), elle était de 55 % ! Et cette saison-ci, il était même absent à 56 % des entraînements !

Alors qu’Anthony devait être à 8h au club pour faire des exercices de cardio, il s’est présenté à 8h30… pour se coucher dans les dortoirs. Ensuite, il s’est rendu au petit-déjeuner à 9h15 alors que l’heure limite est 9 h...

De temps en temps, les joueurs organisent un petit repas en guise de team-building. Un joueur manquait à l’appel, lors de la dernière réunion : Anthony Vanden Borre.

Les joueurs qui arrivent au club ont la politesse et l’habitude de saluer les employés. La saison passée, nous avons été témoins d’une scène qui nous a choqués. Anthony est passé devant deux employés en ne leur adressant ni un regard ni une parole. Un joueur cadre, également témoin de la scène, se disait dégoûté.


Les joueurs ne veulent plus de lui

Cela faisait déjà un certain temps que le courant ne passait plus entre les deux parties.

Vu qu’il continuait à faire le rigolo dans le vestiaire, il avait encore quelques amis - surtout des jeunes - dans le noyau A. Mais il est clair que depuis hier, il y en a beaucoup qui vont l’éviter.

Les joueurs ont reçu l’ordre de ne pas faire de commentaires aux journalistes.

Hier, les joueurs n’ont d’ailleurs pas salué Anthony, qui s’entraînait sur un terrain annexe du leur et qui s’est rhabillé dans le vestiaire de l’équipe B.

Après l’entraînement, Herman Van Holsbeeck l’a pris chez lui pour lui dire ses quatre vérités.