Suite aux incidents qui avaient émaillé la rencontre Standard- Zulte Waregem (1-2) du 19 octobre dernier, la commission des litiges de l'Union Belge avait demandé un match à huis clos pour le Standard s'appuyant sur le fait que le club liégeois était toujours en sursis après les incidents du Clasico d'octobre 2012. Le sursis s'étalait en effet sur deux ans et prenait fin en novembre dernier soit un mois après les incidents de Standard- Zulte Waregem.

Après plusieurs semaines d'attente, la décision du CBAS est enfin tombée ce matin. Le Standard n'écopera finalement d'aucun huis clos, dévoilent nos confrères de la Dernière Heure. Le CBAS a motivé sa décision par le fait que, depuis 2012 et les incidents de Standard-Anderlecht, le règlement autour du sursis avait changé. Ce dernier n'étant plus de deux ans mais bien d'une année. Dès lors, ce nouveau règlement devait être d'application et le Standard n'était donc plus en sursis au moment des faits en octobre dernier. Par ailleurs, le CBAS a jugé que les incidents qui ont émaillé cette rencontre ne nécessitaient pas un huis clos. Enfin, le score de 1-2 est acté et l'amende de 5.000€ à l'encontre du club liégeois est toujours d'application.