Un seul petit but, de Kingley Coman, aura suffi à faire basculer la finale de la Champions League en faveur du Bayern. L'ailier français prive donc son ancien club de l'un de ses plus grands objectifs de ces dernières années. Les Munichois ont prouvé leur suprématie tout au long de la compétition, eux qui ont signé 11 victoires en 11 rencontres.

Toute l'Europe avait les yeux rivés sur cette rencontre et les médias européens ont forcément évoqué cette finale dans leurs colonnes ce lundi matin.

En France, plusieurs médias évoquaient la fin d'un rêve. L'Equipe a titré sa une d'un "Inconsolable", en évoquant le cas de Neymar. Avant de développer: "Neymar a été très décevant, Neuer gigantesque. Le Brésilien a raté son match, tandis que le gardien allemand a apporté une contribution décisive à la victoire du Bayern contre le PSG", ajoutant également que Neymar et Mbappé peuvent avoir des regrets au vu des occasions ratées.

© D.R.

Le Parisien, qui titre "La fin d'un rêve", s'est aussi concentré sur Neymar ce lundi matin: "Le PSG et Neymar sont anéantis ... Après une première mi-temps décente, la star brésilienne du PSG a perdu pied ce dimanche comme son équipe. Ce n'était pas sa finale. Le phénomène devenu presque surnaturel lors des derniers jeux est redevenu humain, presque ordinaire. Neymar n'a pas ajouté un autre titre en Ligue des champions à son palmarès après sa victoire en 2015 à Barcelone. La jolie machine parisienne a malheureusement manqué de succès face au métronome allemand, elle était tendue au début puis s'est bloquée en seconde période. Symbole de cette impasse, la star brésilienne a terminé le match en larmes. Des larmes de tristesse et de frustration qu'il n'était pas le seul à verser. Beaucoup d'entre nous croyaient en son talent. Et tant avaient espéré que les dieux du football seraient aux côtés du PSG cette année. Le réveil est douloureux. "

Chez nos voisins allemands, Bild titre de la sorte: "Les Bavarois remportent le truc" tout en ajoutant plus haut sur la photo "Parce que Neuer a tout arrêté et que Coman a marqué". De son côté, le magazine Kicker a fait l'éloge de Kingsley Coman sur son site: "En quart de finale et en demi-finale, il n'est entré au jeu qu'en tant que remplaçant. Pour la grande finale contre le Paris Saint-Germain, le Français a décidé du match avec son but. Après cinq années au Bayern qui n'ont pas toujours été faciles, il a marqué la rencontre".

Les quelques journaux sportifs espagnols se sont aussi penché sur la finale. El País l'affirme: "La Bavière règne à nouveau sur l'Europe. Le Bayern Munich a utilisé sa vaste expérience contre le PSG et a remporté la sixième Coupe d'Europe de son histoire". Marca va dans ce sens également: "Le Bayern impérial et nouveau roi d'Europe. L'équipe de Beckenbauer, Matthäus, Torpedo Müller, Breitner, Maier et d'autres dieux du ballon a remporté le sixième titre. Il a fallu à Coman, un Parisien, ancien joueur du PSG, une cruelle tête. Ce n'est pas la nuit de Mbappé, et surtout celle de Neymar" a écrit le quotidien espagnol qui avait titré: "L'argent ne fait pas le bonheur", en une. 

© D.R.

Mundo Deportivo évoque le triplé réussi par les hommes de Flick. "Le Bayern coule le PSG. Dans une finale qui n'a pas répondu aux attentes, l'équipe allemande a réussi à compléter son triplé grâce à un seul but de Coman à la 59e minute - la surprise dans l'équipe de Flick. Ni Neymar ni Mbappé n'ont réussi à donner au PSG la première victoire tant attendue de la Ligue des champions, car quand ils ont essayé, notamment en première période, ils ont toujours rencontré Neuer, un garant entre les poteaux."

De son côté, AS affirme qu'"Il n'y a pas de place pour le PSG dans le club des champions choisi, une place qui ne s'achète pas avec de l'argent, mais qui résulte de la carrière du Bayern. Le but de Coman a valu au Bayern le sixième titre de champion et les a confirmés comme les rois d'Europe actuellement indomptables"

Enfin, en Italie, la Gazzetta dello Sport a aussi rebondi sur cette finale de Ligue des Champions. "Pour le Bayern, c'est le prix de la suprématie absolue: personne n'a jamais réussi à gagner tous les matches de Ligue des champions, du premier du groupe au dernier. La finale, qui n'a été que partiellement spectaculaire, se résume aux  cheveux de Coman et aux gants de Neuer: au final, ce sont eux qui ont fait la différence."