David Thorne, l’investisseur venu d’Australie, est l’une des deux pistes (l’autre, visiblement trop légère, consiste en une collaboration avec deux clubs anglais) pour la reprise. Même si, pour des raisons de confidentialité, il s’oblige à une certaine réserve, il a accepté de se confier sur les perspectives d’un éventuel investissement.

Monsieur Thorne, quelle est la situation de vos contacts avec Mouscron ?

J’ai rencontré les dirigeants du club seulement mardi passé et ce, pour la première fois. Et il n’est pas possible de conclure le travail légal nécessaire à un accord de ce type dans les délais exigés par le club avant l’assemblée générale. Si le club parvient à gagner du temps, un arrangement - qui n’existe pas à l’heure actuelle - est possible avec le club ou avec celui qui le contrôlera après l’échéance de ce mardi. S’il s’agit juste d’une possibilité, elle existe et, si elle devait aboutir, une confirmation indépendante sera fournie comme preuve que les fonds sont bel et bien disponibles.

Qu'attendez-vous de Mouscron ? Des documents ? Des preuves comptables ?

C’est confidentiel mais la dette totale du club doit être prise en considération, pas simplement ce qui est nécessaire pour terminer cette saison et accomplir la prochaine (NdlR : L’Excelsior doit rembourser deux prêts de deux millions, un à partir de 2010 et l’autre de 2012). Pour construire l’avenir, il faut que la dette soit effacée et que les engagements pris par le club soient satisfaits. Je comprends que tout ce qui se produit actuellement est important pour les gens de Mouscron au vu des conséquences possibles. La cession du club aurait des répercussions graves pour la ville, par seulement pour le club.

Combien êtes-vous prêts à investir ? Et en échange de quoi ?

C’est confidentiel aussi mais, clairement, j’aimerais avoir une entrée au club, mon mot à dire sur la manière de gérer les affaires et de développer les revenus afin que ceux-ci soient supérieurs aux dépenses.

Il se dit que vous désirez disposer des installations.

Personnellement, j’estime qu’un club doit posséder - ou avoir la possibilité de le faire - son propre stade ce qui, visiblement, n’est pas normal en Belgique. Celui qui possède ou commande Mouscron doit avoir le soutien des ressortissants de la ville sans quoi la situation ne peut pas être remédiée.

Si vous deviez investir, allez-vous installer des synergies ? Ou amener des joueurs australiens comme agent de match ?

Tous les business doivent fonctionner avec des synergies. Si quelqu’un peut apporter des avantages à Mouscron - indépendamment d’une manne d’argent -, c’est positif. Pour les joueurs australiens, je sais que certains ont déjà, dans le passé, évolué en Belgique et ce serait envisageable. L’Australie est 32e au classement Fifa et la Belgique 49e. Certains ont le niveau pour aider le club.