Football

GAND Avant de retrouver ses coéquipiers de l'équipe nationale le 26 mars à Sydney pour une rencontre amicale face à l'Irak, Stephen Laybutt croisera la route de ses anciens équipiers de l'Excelsior demain soir.

«Je ne suis pas le genre de gars à faire du sentimentalisme, assure Bloody, comme le surnomme Georges Leekens. Certes, j'ai gardé d'excellents souvenirs de mon passage à l'Excelsior de Mouscron. Mais aujourd'hui, je suis salarié par La Gantoise et même si j'ai de bons amis à l 'Excel, je ne ferai pas de sentiments. Nous sommes des joueurs professionnels et nous nous devons de donner le maximum pour notre employeur lorsque nous sommes sur le terrain. Je ne dis pas qu'après le match nous n'irons pas boire un petit verre ensemble mais pendant les nonante minutes de la rencontre, pas question de lever le pied même si je sais qu'ils ont besoin de points pour sortir de la zone rouge.»

Pour ce qui est du reste de la saison, le Kangourou des Buffalos est persuadé que les Hurlus sortiront du marasme dans lequel ils sont embourbés depuis plusieurs mois: «Le groupe possède les qualités requises pour sauver sa peau en première division et je ne m'inquiète pas pour eux, ils vont réagir et quitter la zone dangereuse. J'espère simplement que le réveil ne sonnera pas chez nous... et qu'il tintera lors de la venue du Standard au Canonnier, vendredi...»

© Les Sports 2005