MÖNCHENGLADBACH Wesley Sonck, s'il n'est pas encore de retour sur les terrains, pense aux Diables Rouges. «Je suis très heureux que Vandereycken ait été nommé coach de l'équipe nationale, s'enthousiasme-t-il. Je lis beaucoup de critiques sur son approche communicationnelle mais l'image ne veut rien dire. Je n'ai encore jamais travaillé sous les ordres de René Vandereycken mais ce que j'entends de la part de ses anciens joueurs me suffit: son sens tactique est très fort, il connaît l'adversaire dans les moindres détails et sait parfaitement quand et comment il faut s'entraîner. Selon moi, il n'y a pas mieux que lui.» S'il se réjouit de la nomination de Vandereycken, Sonck ne critique pas son prédécesseur, Aimé Anthuenis. «Je ne parlerai pas en mal d'Anthuenis parce que notre relation et le travail effectué étaient très bons. Mais j'espère que Vandereycken sera plus strict. Je crois, en tout cas, en l'avenir des Diables Rouges. Je ne dis pas que nous avons une très bonne équipe mais nous avons quand même assez de qualités afin de nous qualifier pour l' Euro 2008.»

© Les Sports 2006