Le Club Brugeois ? Totalement éclipsé le temps d'un week-end. Le Racing Genk, toujours leader d'un championnat une fois encore étonnant ? Négligé. Ce dimanche, notre Real- Barcelone à nous, notre Chelsea- Manchester Utd illuminera le programme de cette onzième journée. Même si le temps a patiné les prouesses du Standard, le renom du club perdure, presque intact. Quand le club liégeois défie Anderlecht, le patron de notre football, la position des deux clubs s'efface devant les souvenirs qui affleurent aussitôt, toujours vivaces. Les écarts au classement paraissent devenir fictifs. Un Standard-Anderlecht reste unique. Il ne s'assimilera jamais à un autre choc de notre compétition. Quand le calendrier l'annonce, on salive instantanément, quel que soit l'état psychologique des deux clubs. On salive dans l'espoir, rarement déçu ces dernières années, de le savourer. C'est encore le cas cette saison. Situé trop tôt dans le cours du championnat, ce sommet ne se révélera pas décisif. Certainement pas pour le Sporting qui n'a pas encore brillé mais qui n'a pas raté son départ. Probablement pas non plus pour le Standard qui, après avoir plongé dans les abysses, a opéré un redressement qui le rend de nouveau attractif. Mais ce choc vient vraiment à son heure car une victoire du Standard pourrait contribuer à brasser de nouveau les cartes en tête du classement et, qui sait, à opérer une nouvelle distribution, peut-être très inhabituelle, des équipes de pointe. Six points, à l'avantage du Sporting, séparent les deux "grands". Le Standard brûle d'impatience de le ramener à trois toutes petites unités. Objectivement, il en est capable : il a retrouvé ses pions majeurs, digéré son départ manqué et bien réagi après son élimination précoce dans la compétition européenne majeure, trop lourde pour lui comme elle le reste pour Anderlecht. Mais surtout, devant le meilleur public de l'avant-match, il entend se transcender enfin, accabler davantage encore la bête blessée dans son orgueil surtout qu'incarne le Sporting.

© La Libre Belgique 2006