Très affecté et en pleurs, auprès de la famille Sterchele, Youri Selak, l'agent de François, était effondré. "Personne n'aimait autant la vie que lui" , soupirait-il. "Et voilà qu'elle le quitte à 26 ans. Mon sentiment ? Douleur, incompréhension, abattement. Mais je sais que cela arrive aussi à d'autres..."

François Sterchele avait une place à part dans l'écurie de Youri Selak, qui comprend notamment Grégory Dufer (Standard), Laurent Ciman (Charleroi) et Jérémy De Vriendt (Standard).

"Je suis un ancien joueur de La Calamine, et j'ai donc très vite eu connaissance des exploits de François , explique-t-il. J'ai été le voir, et il m'a tout de suite séduit. Il avait alors 19 ans. On a vécu une très belle aventure qui nous a menés de la P1 aux Diables Rouges, mais je ne l'aurais de toute façon jamais quitté. J'adorais en effet suivre ses matches, et peu importe dans quelle division. C'est vraiment dommage que cela se termine de façon aussi dramatique . Je lui ai ouvert les portes, mais il ne doit sa réussite à personne . Il s'est imposé partout, et n'a eu de problèmes nulle part, dans aucun des clubs où il a joué aux quatre coins du pays, en Wallonie comme en Flandre. À Bruges, par exemple, il a su se mettre au service de l'équipe, et donc marquer un peu moins. Il était pourtant très content, et je sais que Bruges l'était aussi. Cela dit, François voulait absolument remporter quelque chose avec cette équipe, et ne serait jamais parti à l'étranger avant. Il voulait aussi redevenir meilleur buteur du Championnat dès la saison prochaine. Il me l'avait dit lors d'un barbecue, pas plus tard que dimanche dernier..."