ANDERLECHT Il était trop tôt pour parler de crise offensive au Sporting. Mais après deux rencontres perdues sans inscrire le moindre but, tout le monde attendait une mise au point des hommes de Broos. Elle a eu lieu, en partie. Avec des flancs occupés par Wilhelmsson et Mpenza, deux attaquants potentiels, le dispositif en 4-4-2 du coach du Sporting était on ne peut plus offensif. Un choix couronné de succès, même si, à certains moments, les cinq joueurs à vocation offensive se marchaient un peu sur les pieds.

«Le coach nous avait demandé de permuter de flanc régulièrement pour essayer de déstabiliser l'organisation de Saint-Trond, expliquait le Diable Rouge. C'est vrai que j'ai changé de place lors des trois derniers matches et que ce n'est pas évident pour un nouveau joueur de trouver ses marques. Mais je me mets à disposition du coach. Et tant que cela marche...»

Le médian suédois reconnaissait pour sa part avoir «couru comme un lapin» durant 75 minutes avant de lever le pied suite à des douleurs au dos. «Cela m'est égal de jouer à droite ou à gauche, poursuivait l'Anderlechtois le plus en verve ces derniers jours. J'essaie juste d'amener le danger. Mais en plein débordement, il m'est plus facile de centrer du droit.»

«Un buteur est un peu égoïste»

Les attaquants, eux, ont enfin rempli leur rôle. Grâce, notamment, à un Jestrovic des grands soirs.

«Baratto touche le ballon sur le premier but? Ce n'est pas grave, commentait le Serbe qui a offert l' assist à Aruna. Je suis impliqué dans les deux buts, j'ai aidé l'équipe en saisissant ma chance. C'est le principal.»

De quoi compliquer la tâche de Broos... «J'espère plutôt que cela lui fait plaisir, sourit Jestrogoal. À domicile, il faut jouer dans ce dispositif offensif. Nos adversaires doivent avoir peur d'Anderlecht. Cette équipe a besoin d'un finisseur qui pèse sur la défense adverse dans les 16m. Les attaquants trop personnels? Je n'ai perdu qu'une fois le ballon sur un débordement. Et puis, un buteur doit parfois se montrer un peu égoïste.»

Aruna, lui, a débloqué son compteur personnel: «Cela me fait évidemment plaisir mais peu importe qui marque du moment que l'on joue bien et que l'on prenne les trois points, lâchait l'Ivoirien. Cela va redonner confiance à toute l'équipe.»

À confirmer la semaine prochaine, chez ses frères ivoiriens de Beveren, avant d'accueillir Benfica.

© Les Sports 2004