C'est au Moyen Age que la justice donnait des exemples. Dans ce cas ci, un exemple a été demandé et le comité sportif l'avait de toute façon anticipé. Le fait d'être un sportif de talent est retenu en sa défaveur", a regretté Pierre François.

"Il faut que cela cesse. Je parle ici de l'escalade médiatique mais aussi des tensions entre le Standard et Anderlecht. A quoi cela sert-il?", a encore commenté le directeur du Standard. Pierre François a une nouvelle fois rappelé que le joueur ne serait pas sanctionné par le club car il n'y avait, dans son comportement, "aucune rupture avec les idéaux du club".

Le directeur général a remercié les supporters qui apportaient aussi leur soutien à Axel Witsel ainsi que le ministre belge des Affaires étrangères, Yves Leterme, qui a fait parvenir un message au joueur pour lui "souhaiter beaucoup de courage" et souligner que "dans la vie, tout le monde commet des fautes".

De son côté, l'entraîneur Laszlo Bölöni a regretté le flou dans le lequel le comité doit juger. "Il manque des règles. Que ceux qui ouvrent leur bouche aujourd'hui travaillent un peu. On a besoin de cadres. Et aussi arrêter cette haine terrible entre les Wallons et les Flamands; en football aussi", a-t-il commenté.

Le directeur sportif, Dominique D'Onofrio, a quant à lui qualifié l'action "d'accident". "C'est une action de jeu comme on en voit beaucoup. Le football va de plus en plus vite mais aucun joueur n'a jamais l'intention de casser quoi que ce soit. Il faut que le comité sportif analyse l'action et la vitesse. Mais pour ça il faut connaître le football et y avoir joué", a-t-il remarqué.