Pini Zahavi. Son nom est connu de tous les amateurs de football. Mais rares sont ceux qui ont eu la chance de le rencontrer. Cet ancien journaliste israélien, reconverti en agent de joueurs, est discret. Très discret.

En Belgique, son nom est connu car il est à la base de la reprise du club de Mouscron après le départ de Lille de l’actionnariat du club hurlu . Aujourd’hui, Mouscron appartient à la Latimer, un fonds d’investissement maltais. Et à la tête de ce fonds, on retrouve Adar Zahavi, le neveu de Pini. Et Gil, un autre neveu, siège aussi au club. En procédant de la sorte, Pini Zahavi disparaît de l’organigramme du club mouscronnois.

Une entourloupe qui lui permet d’éviter l’interdiction de la tierce propriété imposée par la Fifa. Chaque année, des clubs contestent la licence mouscronnoise sur ce fait et se cassent les dents.

Ce fait démontre que Pini Zahavi est un artiste de la négociation et du contournement de certaines règles. Il est d’ailleurs surnommé Mister Fix-It . Et quand le PSG veut faire venir Neymar à Paris, c’est Pini Zahavi qui est appelé à la rescousse. Ses services sont précieux. Mais coûtent aussi. On parle d’un montant de près de 35 millions d’euros de commission rien que sur ce transfert.

Si Pini Zahavi a été appelé dans ce dossier bien précis, ce n’est évidemment pas parce qu’il a racheté le club mouscronnois avant de le céder à un fonds d’investissement. Mais bien parce que ses faits d’armes sont nombreux. Le rachat de Chelsea par Roman Abramowitch, c’est lui. Les transferts de Neymar (déjà) à Barcelone, c’est lui. De Rio Ferdinand, de Jaap Stam et de Juan Sebastian Veron à Manchester, c’est lui. De Didier Drogba et de Petr Cech à Chelsea, c’est toujours lui. En Argentine, il a été influent auprès de Gonzalo Higuain, de Javier Mascherano ou encore de Carlos Tevez. En Belgique, il est tout aussi important. Pas qu’à Mouscron puisque c’est lui qui a permis les départs de Aleksandar Mitrovic et de Chancel Mbemba d’Anderlecht vers Newcastle.

Son nom a aussi été cité dans des enquêtes financières. Mais il n’a jamais été condamné. Il a même, dans certains cas, reçu des dédommagements.

Maintenant, certains supporters mouscronnois se mettent à rêver de voir une infime partie de cette somme considérable tomber dans l’escarcelle du club hurlu . Un rêve.