Michel Platini, candidat à la présidence de l'UEFA, a dévoilé mercredi les "cinq engagements" de son programme, articulé autour de l'universalité des compétitions et l'unité des familles du football en vue de l'élection du 26 janvier.

Dans son programme en cinq points envoyé à la presse, l'ancien n°10 de l'équipe de France insiste également sur la nécessité de "conforter la légitimité des élus au sein de l'UEFA" et d'"accroître la solidarité et les échanges entre les fédérations", et met en avant la valeur "d'exemplarité" que doit donner ce jeu. Le challenger Platini, membre du comité exécutif de l'Union européenne de football, se distingue notamment de son concurrent, le président sortant Lennart Johansson, par sa volonté d'élargir l'accès de la prestigieuse Ligue des champions en y réduisant le nombre de clubs des grands championnats (Angleterre, Espagne, Italie) de quatre à trois. "Instaurons un nombre maximum de trois clubs [...] par pays pour permettre à davantage de nation d'y participer", précise-t-il. Dix-huit grands d'Europe (Barcelone, AC Milan, Chelsea, Bayern, Lyon...) rassemblés au sein du G14 s'opposent à toute réduction de la représentation des grands clubs européens dans la lucrative formule de la C1 et ne cachent pas leur préférence pour Johansson.

Platini, 51 ans, également vice-président de la Fédération française et membre du comité exécutif de la Fédération internationale, veut aussi "rétablir le dialogue entre tous les acteurs du football", allusion au fossé qui se creuse entre, par exemple, les clubs riches et les associations nationales autour de la question de la mise à disposition des internationaux. Il envisage pour cela de travailler auprès des pouvoirs publics pour "une reconnaissance juridique de la spécificité du sport", afin d'aménager les règles de la libre circulation des travailleurs/footballeurs permise depuis 1995 par l'arrêt Bosman.

Michel Platini revient également sur sa volonté de mettre en place une charte européenne du football, convention collective au niveau du continent. Partisan du renforcement du pouvoir des élus au comité exécutif de l'UEFA, Michel Platini revient sur son objectif de renforcer la solidarité "en redistribuant davantage les recettes des compétitions UEFA" et en "(préservant) l'unité des droits télévisuels et commerciaux", et sur l'exemplarité du football. "Luttons énergiquement contre tous les fléaux qui menacent notre sport : le racisme et la xénophobie, insiste-t-il, les transactions financières douteuses, les paris clandestins, les dérives de la profession d'agent, le dopage..."

Lennart Johansson et Michel Platini doivent participer ensemble à l'inauguration du nouveau siège de la Fédération française le 11 janvier à Paris. Le nouveau président de l'UEFA sera élu le 26 janvier à Düsseldorf par les représentants des 52 fédérations européennes qui auront donc à choisir entre MM. Johansson (77 ans, en poste depuis 1990) et Platini. (AFP)