José Luis Rodriguez Zapatero a reçu une lettre de Michel Platini après les lourdes sanctions infligées mardi par l'Uefa à l'Atletico Madrid, a indiqué mercredi un porte-parole du chef du gouvernement espagnol, qui a apporté son soutien au club. "Je peux confirmer que M. Zapatero a reçu une lettre de M. Platini", le président de l'Uefa, a indiqué ce porte-parole, confirmant une information de la radio espagnole.

Il a toutefois souligné ne pas connaître le contenu de cette lettre et ne savait pas si le chef du gouvernement espagnol avait l'intention d'y répondre dès jeudi, comme l'affirme la radio espagnole.

Interrogé par des journalistes à la sortie du Congrès des députés pour savoir s'il était avec l'Atletico, le chef de gouvernement socialiste a déclaré : "Oui, avec l'Atletico et la police, mais M. Alfredo Perez Rubalcaba, le ministre de l'Intérieur, parlera."

Après les incidents, l'Uefa a infligé mardi deux matches de suspension de terrain ferme et un avec sursis en Coupes européennes à l'Atletico Madrid. L'instance du football européen a également suspendu l'entraîneur madrilène, Javier Aguirre, accusé d'avoir insulté un joueur adverse lors de la défaite de l'OM (2-1) en Ligue des Champions, le 1er octobre.

La classe politique, les médias et milieux sportifs espagnols critiquaient fortement mercredi la sanction infligée par l'Uefa.

Alfredo Perez Rubalcaba avait vivement réagi mardi à des propos du directeur de la communication de l'Uefa et conseiller de Michel Platini, William Gaillard, mettant en cause l'intervention musclée de la police espagnole contre les supporteurs de l'OM.

"Je vais défendre l'attitude de la police espagnole et mettre tout ce que nous avons (NdlR : notamment des bandes vidéo) à disposition de l'Atletico pour qu'il puisse faire recours contre cette décision insolite", avait déclaré le ministre.

Le principal parti d'opposition, le Parti Populaire (PP, droite) a aussi témoigné de son soutien total au club, au gouvernement et à la police qui a agi "scrupuleusement".