Ils désiraient être premiers, ils l'ont été, comme ils ont été largement fêtés...

Après une intense fin de saison pour le Football club du Standard de Liège, l'heure est aux grands rendez-vous.

Et à grand club, grands matchs. Ce mercredi soir, les "Rouches" rencontreront les "Reds". Une différence de niveau sourient déjà certains, une magnifique façon de mesurer l'invincibilité de nos champions de Belgique se réjouissent d'autres; une chose est sûre, le monde sera au rendez-vous, et rien ne sera à prendre à la légère, ni côté technique, ni côté sécurité...

En marge de l'événement sportif en effet, l'annonce de la rencontre Standard-Liverpool voici quelques semaines avaient donné le tournis à pas mal de supporters mais avait aussi fait rire jaune les services de sécurité. Depuis ce mardi 12 au soir, quelques heures après l'arrivé à l'aéroport de Bierset de l'équipe anglaise et presque simultanément à l'entrée de celle-ci dans le "chaudron", les surveillances ont été renforcées, même si l'on n'annonce pas de gros problème à la police de Liège.

Pas de hooligans ?

A en croire les services de sécurité liégeois, le match de ce mercredi soir ne devrait pas occasionner d'importants désagréments côté sécurité. En cause, le peu de supporters anglais mais aussi, leur "identité".

En effet, environ 1 000 supporters des "Reds" auraient acheté leur billet pour assister au match tant attendu par les Liégeois. Pas la grosse affluence en somme puisque le chaudron contient plus de 25 000 places (il sera par ailleurs complet).

"Ils sont en début de saison", explique le commissaire Bailly, en charge de la sécurité, "et puis les déplacements coûtent cher. De plus, selon les dires du club de Liverpool, ce ne sont pas les supporters les plus durs qui feraient le déplacement, ce n'est pas le noyau dur mais juste des gens qui viennent à Liège pour faire la fête".

Pas question cependant de prendre l'événement à la légère : comme pour un match à risques, un encadrement de circonstances est organisé.

Ainsi, "l'effectif policier sera porté à plus de 300 unités", continue le commissaire liégeois, soit "un peu plus qu'un match à risques du championnat belge".

Où seront-ils, que feront-ils ?

La majeure partie des services de sécurité sera bien évidemment aux abords du stade de Sclessin pour éviter les débordements, avant, pendant et après le match.

"Une équipe se trouvera également dans le quartier des Guillemins qui est naturellement touché par le passage des touristes".

D'autres enfin circuleront dans les rues de Liège, notamment pour effectuer la jonction avec le quartier d'Outremeuse où déjà les festivités du 15 août bâteront son plein.