Les supporters devront-ils porter un nom “bien belge” pour accéder aux stades? C’est la question qui intriguait certains après la décision de la police de Lokeren de filtrer les supporters aux noms à consonances turques à l’entame de la partie du Sporting contre les Turcs de Trabzonpor ce jeudi soir.

Il s’agit selon la police locale et la Cellule Football des Affaires intérieures d’appliquer la Loi Football et d’assurer la sécurité de tous. Pour autant, tout supporter ne portant pas le nom de Vandenbosch ou Dubois n’était pas interdit de tribune. C’est lors de la vente de tickets de dernière minute qu’un filtre est effectué nous expliquait en substance les responsables de la zone de police de Lokeren.

“Ce filtre ne repose pas uniquement sur le nom. Si un supporter, quel que soit ses origines, nous prouve son affection pour le Sporting Lokeren, il peut bien entendu accéder aux tribunes. L’unique objectif est de faire preuve de vigilance et de vérifier que des sympathisants de Trabzonpor ne s’infiltrent pas parmi les Lokerenois. » De telles vérifications à l’entrée des stades ne sont d’ailleurs pas inédites. Elles s’appliqueront fin novembre lors du match du Sporting contre le Legia Varsovie, et elles ont été appliquées sous d'autres formes lors du dernier match Belgique-Écosse par exemple.

« C’est lorsque l’interdiction systématique se base sur l’unique nom de famille que la différence de traitement pose des questions de discrimination » nous précise Patrick Charlier, directeur adjoint du Centre pour l’égalité des chances qui reste cependant vigilant.