Football Avec les arrivées de Dussenne et Dragus, le noyau rouche va encore s’élargir.

Trente-six. C’est le nombre de joueurs que recense le site officiel du Standard dans la rubrique "noyau A". Un nombre déjà très conséquent qu’il faudra porter à trente-huit dans les jours à venir, vu les arrivées imminentes de Noë Dussenne (27 ans) et Denis Dragus (21 ans). Deux arrivées qui n’ont pas encore été officialisées mais qui ne font plus l’ombre d’un doute. Michel Preud’homme s’est même permis de les commenter avant l’officialisation.

"Dussenne ? C’était important d’avoir un défenseur central supplémentaire et on a choisi un joueur d’expérience, très sérieux et qui a une bonne mentalité. Il connaît le championnat et va s’adapter très rapidement", indiquait le coach liégeois. "Et Dragus, on le suit depuis un certain temps, comme on avait suivi Hagi (qui évoluait dans le même club, Viitorul), et c’est un pari sur l’avenir. Ses statistiques étaient excellentes la saison passée et c’est un attaquant capable de jouer en pointe mais aussi sur les flancs. C’est un joueur d’action, de profondeur."

Qu’il va falloir caser dans un vestiaire déjà bien rempli où la place se fait très rare. "La taille de notre noyau est un peu délicate sur le plan logistique mais chaque problème a sa solution et on est en train de la chercher ", admettait MPH, dont certains joueurs (les plus jeunes) se changent dans le vestiaire des U21, faute de place dans le vestiaire des pros. Mais la situation va encore évoluer.

"Nous avons choisi de mettre en place une politique afin de ne pas tomber trop court en cours de saison", explique le T1 rouche. "Cela fait beaucoup de joueurs, oui. Mais il reste un mois de mercato et si certains ne peuvent pas vivre avec cela, on prendra des décisions. Il n’y a pas de choses acquises définitivement à l’heure actuelle."

Même si certains choix portés par Preud’homme, comme la non-sélection de Cavanda pour la deuxième semaine de rang, sont des signaux assez clairs. "Mais des choix, je vais devoir en faire souvent cette saison" , insiste l’entraîneur du Standard, qui parvient à travailler sereinement malgré la largeur du noyau. "À partir du moment où tout le monde a une bonne mentalité et où il y a une agressivité saine dans le groupe, ce n’est pas un souci d’être nombreux car on peut varier les séances d’entraînement, groupe par groupe. Un groupe fait de la finition, l’autre de la tactique… Nous avons assez d’entraîneurs pour procéder de la sorte, donc non, cela ne me pose pas de souci d’avoir beaucoup de joueurs."

Dans l’immédiat, du moins. Car c’est une évidence : le noyau liégeois va être dégraissé d’ici le 2 septembre, date de la fin du mercato.