Ce soir, la rencontre de Coupe entre Anderlecht et Hamme marquera le véritable début de l'ère Jacobs au Sporting. Ceux qui s'attendaient à une révolution de palais vont être déçus : le nouvel entraîneur mauve a clairement laissé sous-entendre qu'il ne bouleversera ni l'équipe ni la méthode de travail mises en place depuis le début de saison. "Je comprends que certains joueurs délaissés voient dans un nouvel entraîneur un signe d'espoir, a confié Jacobs hier. Mais il ne faut pas s'attendre à une équipe à moitié renouvelée. Franky Vercauteren n'était pas aveugle : si un joueur cassait la baraque à l'entraînement ou en équipe B, il lui aurait donné sa chance ! Un entraîneur peut se tromper dans sa sélection pour un joueur, pas pour onze..."

En clair, les Baseggio, Théréau, Mpenza et autre De Man devront encore travailler dur pour revenir dans l'équipe... "Ce serait ridicule de changer pour dire de changer. Je vais simplement essayer de modifier quelques petites choses, à ma façon. Il n'y aura pas de bouleversement. Cela dit, vu le programme chargé qui nous attend, nous aurons besoin de tout le monde."

Pour sa première, Jacobs jouera gros ce soir : il n'a rien à gagner et, déjà, tout à perdre... "Ce match n'est certainement pas un cadeau, mais je ne ressens pas de stress particulier. C'est vrai que, depuis deux semaines, je suis davantage sur le devant de la scène et mon quotidien a quelque peu évolué. Mais mon travail reste le même et je ne vais certainement pas changer parce que j'entraîne Anderlecht. Je continuerai à faire mon travail en âme et conscience."

Puisse-t-il continuer à le faire quand il devra traverser des tempêtes comme tous ses prédécesseurs... En attendant, alors que certains l'estimaient trop tendre pour être T1 à Anderlecht, Ariël Jacobs a pris tout le monde à contre-pied, hier, en posant un geste fort et... sévère. Wasilewski devait rentrer de Pologne jeudi et il n'est arrivé qu'hier, sans donner de nouvelles. Du coup, Jacobs a décidé de le punir en ne le sélectionnant pas pour la rencontre de ce soir ! La légère blessure du Polonais n'a rien à voir avec sa non-sélection. "Je peux comprendre qu'une qualification pour l'Euro, ça se fête, mais il faut être là au club quand il le faut !", commentait Jacobs. Pour le moment, le T1 mauve n'a retenu que 17 noms pour ce soir, alors qu'il peut en inscrire jusqu'à 18 sur la feuille. "Une place sur le banc, ça se mérite", affirme Jacobs. Le groupe anderlechtois est prévenu : personne ne recevra de cadeaux...