Le point ramené par La Louvière de Lokeren et la victoire du Lierse à Saint-Trond : telles sont les deux résultats les plus surprenants de la soirée de samedi qui a donc souri aux favoris.

Parmi eux, une équipe est en grande forme : le Stadard. Vaincre à Gand et Bruges en l'espace de quelques jours, il fallait le faire. Et les mauvaises langues disaient déjà : les Liégeois sont des spécialistes quand il s'agit de galvauder des points contre des équipes de bas de classement. La venue d'Alost était donc une belle occasion pour les faire mentir et ne pas rééditer le couac de La Louvière.

Mission accomplie pour les hommes de Michel Preud'Homme qui ont assuré leur victoire en première période. Après une belle déviation de la tête de Van Meir pour Lukunku, le score était déjà de 1-0 et les 20 minutes initiales avaient donné le ton de la rencontre. Van Dooren se chargea du deuxième but, d'une belle volée d'un angle assez fermé. Joli et acrobatique, elle permit au buteur de retomber directement dans la position idéale afin de célébrer sa joie.

La deuxième mi-temps fut moins spectaculaire, opposant un Standard repu à des Alostois étalant enfin leurs possibilités, mais celles-ci n'étaient pas de nature à contrecarrer l'équipe locale.

Les Liégeois comptaient sur les autres clubs wallons afin de passer, une fois de plus, une journée à prendre plus de points que l'un ou l'autre adversaire direct. Le seul qui s'est acquitté de sa mission est La Louvière. A Lokeren, les Hennuyers ont fait pruve d'un réalisme assez exceptionnel contre des Waeslandiens qui dominaient et prirent par deux fois l'avantage. Mais menant au score, ils affichèrent une certaine présomption, ce dont Tilmant profita d'abord avant que Zere, en marquant contre son camp, n'égalise une seconde fois. Pour les vert et blanc, il s'agit du premier point acquis en dehors du Tivoli depuis le début de la saison.

Si Lokeren semblait l'adversaire le moins dangereux dans le groupe de tête, Genk était le mieux classé à se produire ce samedi soir. Un long déplacement à Mouscron où Zoran Ban avait hâte de montrer sa forme retrouvée à ses anciens équipiers. Malheureusement pour lui, il se blessa après quelques minutes de jeu et dut quitter le terrain. A Genk, en revanche, Sonck et Dagano étaient là et bien là. Et le meilleur réaliateur de notre compétition l'avait déjà montré après 8 minutes en ouvrant la marque.

En l'absence de Ban, c'est... Dugardein qui se mua en buteur. Peu avant la demie-heure, il gagna son duel, tendant la jambe pour devancer son adversaire direct et poussant le ballon au fond des filets tel un goalgetter (1-1). Mais les compères de l'attaque Limbourgeoise allaient donner le tournis à la défense locale, provoquant quelques erreurs, dont deux découlèrent sur un but. Le premier fut l'oeuvre de Dagano, oublié, le second de Michal Zewlakow, contre son camp. Toutefois, de beaux arrêts de Vandendriessche empêchèrent l'écart de grandir et Dugardein, d'un lob parfait, en profita pout faire 2-3 et relancer la partie. Les frontaliers augmentèrent la pression et, comme souvent dans ces cas-là, c'est une contre-attaque qui vint mettre fin à tout suspense, Dagano se chargeant du 2-4 dans les arrêts de jeu.

Si Mouscron n'a pas à rougir de sa défaite devant Genk, Charleroi ne peut pas être fier de sa prestation face à Gand. Un 0-3 bien tassé avec deux buts de Kaklamanos et un de Christensen. Et encore, Dudas a sauvé quelques situations compromises lorsque Schepens ou un de ses équipiers se présenta seul devant lui. Et si le fait que certaines erreurs individuelles et des consignes non respectées expliquent les occasions laissées à l'adversaire, le 0 au marquoir à côté du nom de l'équipe locale est encore plus inquiétant tellement il devient habituel. 14 buts en 16 matches, tel est le bilan actuel de l'attaque la moins prolifique de l'élite.

Anderlecht pour sa part se déplaçait à Westerlo où il ne s'était imposé qu'une seule fois, à l'occasion de la Supercoupe. Et à la pause, on se demandait si ce soir serait l'occasion d'une première en championnat : 0-0 avec des Campinois plus dangereux et un De Wilde mis à l'épreuve et se mettant en évidence. Mais après la pause, le scénario fut tout autre et Van Houdt, puis De Bilde offrirent une avance confortable aux Mauves. Même si ceux-ci tremblèrent après que Schaessens eût ramené le score à 1-2, le score resta en l'état. Un scnéario qui rappelle un peu les victoires Bruxelloises du début de saison.

En bas de classement, on avait un oeil rivé sur le duel Anversois entre Beveren et l'Antwerp. Malgré deux buts de Grondin (dont le premier de toute beauté, une reprise en pleine lucarne), les Waeslandiens se sont inclinés 2-3 et s'enfoncent encore un peu plus à la dernière place. Jean-Marc Guillou a averti que la situation changera après la pause et que son équipe sera celle du deuxième tour : il le faudra bien si elle veut se sauver.

Le Lierse, en s'imposant à Saint-Trond, s'est pour sa part dégagé quelque peu de la zone dangereuse où on ne l'attendait pas. Enfin, le GBA a battu Lommel, réduit à neuf, 2-0. Les deux exclusions des Limbourgeois offrirent aussi deux situations cocasses : la carte rouge de Nasses lui fut octroyée alors qu'il contestait un but auprès du juge de ligne et le fit tomber en lui courant après; Tankary, qui reçut la deuxième suite à une faute très dure, ne voulut pas regagner les vestiaires avant... de calmer ses équipiers qui voulaient protester auprès de l'arbitre.