Chaque semaine, Michel Preud'homme confirme lors de son traditionnel point presse qu'il ne néglige aucun élément dans la préparation des matches.

La semaine dernière, il avait rappelé à ses joueurs "l'après- Soulier d'Or" de Sergio Conceição. Résultat : son équipe a vaincu la "malédiction" en battant Zulte-Waregem pour la première fois à Sclessin.

Hier midi, le "T1" liégeois a souligné que c'est la quatrième fois cette saison que le Standard se déplace chez un adversaire qui vient de changer d'entraîneur. Pointilleux comme il est, inutile de lui rappeler que lors des trois précédentes occasions, le Standard a chaque fois dû se contenter d'un partage vierge : à Saint-Trond, à Anderlecht et à Dender.

"J'essaie de sucer de mon pouce, ce qui peut arriver puisqu'on ne peut pas se baser sur les rapports des matches précédents", commente Michel Preud'homme, qui a fêté ses 49 ans jeudi. "Je connais la philosophie de Franky Van der Elst. Mais je sais aussi que Edy De Bolle était venu bâtir un mur à Sclessin quand il avait succédé à Walter Meeuws à la tête de Beveren... Donc je ne sais pas comment le Brussels va aborder ce match, d'autant qu'ils ont beaucoup de nouveaux joueurs."

© La Libre Belgique 2008