Football

Trois jours avant son soixantième anniversaire, Michel Preud'homme, l'entraîneur (et vice-président) du Standard était l'invité de La Tribune (RTBF) ce lundi. Il a évoqué les plus beaux souvenirs de sa carrière d'entraîneur et de joueur. Mais aussi le saison du Standard, évidemment.

Ses plus beaux souvenirs. "Comme joueur, la Coupe d'Europe avec Malines. Comme entraîneur, le titre ramené au Standard après 25 ans. Et celui ramené à Bruges après 11 ans."

L'équipe nationale belge. "La possibilité de l'entraîner s'est présentée à quelques reprises. Mais cela n'a pas été possible. Je n'ai pas pleuré, je n'ai pas manoeuvré pour ce job. On m'a cité et être sélectionneur nationale serait une bonne chose. Mais la vie n'est pas suffisante pour réaliser tout ce qu'on a envie de faire. Je ne crois pas que ce sera pour cette vie."

Luciano D'Onofrio et Bruno Venanzi. "On a énormément partagé avec Luciano, c'est quelqu'un qui connait énormement le football. Quant à Bruno, c'est presque l'opposé. Mais il a une approche parfaite avec moi. Il sait comment il doit me parler. Pour me faire revenir, il m'a touché au coeur, oui, mais il ne m'a pas brusqué. Il a une grande intelligence dans la manière de gérer le club. Il m'a convaincu qu'on ferait de belles choses."

L'absence de Carcela au gala du Soulier d'or. "Il n'y a pas de problème entre nous. Je lui avais demandé de venir. Il n'est pas venu. Il y a plusieurs joueurs du Standard qui ne se sentaient pas d'y aller. J'ai déjà vécu pareille situation avec Bruges il y a quelques années. Le gala du Soulier d'or, c'est du lobbying, c'est l'occasion de voir des gens, de construire une image, une philosophie. Et à Sclessin, on veut reconstruire quelque chose."

Trop de tactique au Standard ? "Il faut aussi garder l'instinct, la créativité, la folie. Mais cela doit fonctionner dans une structure sinon la fluctuation sera constante. Ce que Mehdi Carcela, Polo Mpoku ou Moussa Djenepo inventent, ce n'est pas moi qui leur apprend. Mais ils sont dans la structure de l'équipe."

L'éclosion de Zinho Vanheusden. "Cela va devenir une super joueur, un titulaire en équipe nationale durant des années. Il a tout : les pieds sur terre, la mentalité... Son père veut qu'il continue au moins un an avec nous pour parfaire son éducation. Espérons que l'Inter accepte (le joueur est prêté par le club italien) mais de son côté, Zinho veut rester. Si je déplace Laifis à gauche, c'est parce que j'ai Zinho sinon je ne le ferais pas. Il a vite compris les consignes tactiques. Le lancer chez les Diables Rouges ? Le plus tôt sera le mieux..."

Le mercato calme du Standard. "Ma priorité, c'est surtout de récupérer mes deux joueurs qui sont blessés."