Malines, la révélation du premier tour, qui a débuté l'année par deux défaites à domicile, 2-3 contre le Standard, et 0-3 contre La Gantoise, avait l'excuse d'être tombé face à des sociétaires du G5. Mais samedi c'est au Cercle de Bruges de Bernd Storck, la lanterne rouge, que le Kavé a baissé pavillon, 3-2, pendant que Saint-Trond et l'AS Eupen offraient un peu banal chassé-croisé au public.

Il n'y a pas eu de round d'observation au Jan Breydel. C'était même déjà 2-1 après... dix minutes !

Marton Eppel a en effet ouvert le score de la tête sur corner dès la 2e minute.

Et Dino Hotic l'a doublé à la 5e, en profitant d'une maladresse d'Arjan Swinkels.

Le Cercle semblait jouer sur du velours, mais Jordi Vanlerberghe se chargea de détromper tout le monde en réduisant l'écart à la 10e minute.

Du coup le chemin vers la quatrième victoire de la saison n'était plus aussi dégagé.

C'est surtout en deuxième mi-temps que le Cercle, certes bien organisé, a dû faire le gros dos pour résister aux raids d'Onur Kaya, entre autres.

Il y avait du syndrome d'Anderlecht dans l'air et à la 82e, en effet, Joachim Van Damme, qui avait doublé le malheureux Swinkels à la reprise, ne laissa pas passer l'occasion de convertir du gauche, le centre parfait d'Igor de Camargo (2-2).

Cette fois cependant, ce ne sont pas les visiteurs qui ont émergé dans le temps additionnel, mais le Cercle, finalement vainqueur de ce match de la toute dernière chance grâce à une frappe miraculeuse partie du pied gauche de Stef Peeters à la 90e+2.

Les spectateurs du Stayen ont de leur côté eu droit à un festival de buts, en première mi-temps (3-2) du moins.

Smail Prevljak (29e) et Jens Cools (40e) ont en effet porté l'AS Eupen aux commandes, après l'ouverture du score par Mory Konaté à la 13e.

Mais un doublé du Ghanéen Samuel Asamoah (ex-Eupen !!) a complètement changé la donne en fin de reprise (2-2 42e, 3-2 45e+1), avant le coup de grâce aux Pandas à la 63e.

Le héros de la soirée était ensuite exclu dans la foulée par l'arbitre Christof Dierick, pour avoir remonté son maillot au-dessus de sa tête, alors qu'il avait déjà été averti.

Le message qui lui valut de rentrer prématurément au vestiaire après son hat-trick était "Jesus loves you".

Cela ne troubla guère Chris Durkin, qui inscrivit un cinquième but pour les Canaris à la 90e+5 (5-2).