Laszlo Bölöni n’aura donc pas tenu deux ans au Standard. Son bilan en 20 mois à la tête de l’équipe est… mitigé. Sa première saison aura été un franc succès, malgré le départ lors du dernier jour du mercato estival de Marouane Fellaini. Sur la scène belge, il a directement engrangé un trophée en gagnant la Supercoupe contre Anderlecht. Ensuite, il a permis aux Rouches de confirmer leur titre de champion. Ce sacre a été synonyme de qualification historique pour la Ligue des Champions.

Mais il a aussi redonné une carrure européenne au Standard et amélioré, en prônant un jeu audacieux, l’image et la confiance des clubs belges. Eliminés avec les honneurs lors des préliminaires de la Ligue des Champions contre Liverpool, Defour et Cie avaient éliminé Everton pour se qualifier pour les groupes de la Coupe UEFA.

Le Standard avait terminé premier de sa poule devant des équipes comme le FC Séville (battu 1-0 à Sclessin), la Sampdoria (battue 3-0 à Liège), le Partizan Belgrade (battu 0-1 dans son enfer) et Stuttgart (le Standard, déjà assuré de la première place, s’y était incliné 3-0). Malheureusement, Braga avait fait retomber les Rouches de haut. La blessure de Steven Defour très tôt dans le match aller avait déjà été invoquée comme coup dur difficile à surmonter.

Cette saison-ci, en revanche, rien n’a marché et ce, dès le début malgré un trophée en Supercoupe, contre Genk… qui restera son dernier adversaire. La campagne de transferts estivale ratée, la longue blessure de Steven Defour et la suspension d’Axel Witsel lui ont mis de gros bâtons dans les roues. Mais ses compositions d’équipe foireuses relèvent en revanche de sa seule responsabilité. Sa gestion du vestiaire aussi : ses privilèges accordés à l’un ou l’autre joueurs, comme Milan Jovanovic, lui ont valu d’avoir la majorité des joueurs contre lui. Ceux-ci n’avaient plus envie de se battre pour lui. Les résultats n’ont plus suivi et le négatif a pris le dessus… La sortie d’Olivier Dacourt, qui a discrédité le Transylvanien (qui a parlé de Guédioura dans sa théorie sur Charleroi alors que le médian avait été transféré à Wolverhampton !) aux yeux du grand public, a sans doute accéléré les choses.

Le crédit qu’il s’était forgé lors de sa première saison s’est effrité jusqu’à disparaître. Laszlo Bölöni s’était mis dans une position intenable. La direction du Standard tente un quitte ou double.

© La Libre Belgique 2010