Logique du jeu, d'abord. Les Néerlandais, ayant trouvé en Arjen Robben le feu follet qui donne de l'âme à leur attaque, ont surclassé une décevante Serbie-Monténégro. Mais la défense de fer des Serbes a bien résisté, et les "Oranje" ont dû se contenter d'une maigre victoire 1 à 0, malgré leur domination.

Le groupe C, le "groupe de la mort", a donc livré un premier verdict: les favoris Argentins (victoire 2-1 contre la Côte d'Ivoire samedi) et Néerlandais sont en tête. Les prochains matches, Serbie-Monténégro - Argentine et Côte d'Ivoire - Pays Bas le 16 juin seront déjà des matches à la vie ou à la mort, qui pourraient décider de qualifications ou d'éliminations.

Logique des statistiques, ensuite. Le Mexique, cinquième du classement mondial de la FIFA et tête de série de cette Coupe du monde, a en effet tenu son rang, en balayant 3 à 1 une équipe d'Iran, vingt-troisième, qui n'aura résisté qu'une mi-temps.

Logique de l'expérience, enfin. Les stars du Portugal, finalistes de l'Euro-2004 et engagées dans les plus grands clubs d'Europe, se sont imposées 1 à 0 aux modestes Angolais, qui ont subi la domination de leurs anciens colonisateurs mais ont pu rêver jusqu'au bout d'une égalisation. Le Mexique, contre l'Angola, et le Portugal, contre l'Iran, auront l'occasion d'assurer leur qualification pour les 1/8-èmes de finale dès les 16 et 17 juin.