Entre gentlemen. C'est ainsi que les pontes du Sporting entendaient régler leur divorce avec Alain Courtois et c'est bien comme cela qu'il a réagi. Hier, à l'interview, pas question pour lui de cracher dans la soupe ou d'enflammer la polémique.

`C'est comme dans un couple: quand rien ne va, on se quitte, explique-t-il. Il faut tirer les conclusions au bon moment. Je quitte en pleine amitié avec la direction. Anderlecht est un club que je respecte et que j'aime bien. Evidemment, c'est un échec dans ma vie professionnelle. Servir Anderlecht, c'était un honneur et je suis un peu déçu, mais quand la mayonnaise ne prend pas, il faut savoir le dire et passer à autre chose.´

Voici un mois, la polémique entre Verschueren et lui est apparue au grand jour, mais Courtois préfère calmer le jeu. A ce moment-là, il disait qu'il ne partirait pas. Depuis, il a été quelque peu poussé vers la sortie.

`Il faut dépasser les querelles de personnes. Je quitte Anderlecht en pouvant regarder tout le monde droit dans les yeux. Rien ne sert de s'étendre sur les raisons du divorce. Anderlecht est un grand club, avec un potentiel énorme, et qui a tout pour aller de l'avant et progresser.´

Bientôt en politique?

Reste à savoir ce que va devenir désormais l'ancien secrétaire général de l'Union belge et directeur de l'Euro 2000. Ses qualités et son curriculum devraient lui ouvrir des portes. `Je suis sur le marché et je vais étudier les propositions, je n'ai encore rien décidé. Je suis capable de gérer et de manager. Je ne sais pas encore si je choisirai la politique, le milieu du foot ou autre chose encore. Je vais réfléchir sereinement à la question.´

Mais si Courtois reste vague, la rumeur, comme toujours est plus précise et le voit déjà faire son entrée dans le microcosme politique.

Le CdH de Joëlle Milquet lui aurait déjà fait un appel du pied à l'époque où Alain Courtois hésitait à replonger dans le monde du foot et à Anderlecht en particulier.

On murmure que le MR bruxellois est également sur la balle. Bref, on ne se fait pas trop de souci pour... l'ancien directeur général d'Anderlecht. Même si officiellement, il est encore au club pour une semaine.

© Les Sports 2002