NICE Les Aiglons auront tout connu cette saison: à l'issue du premier tour, Nice occupait la 7e place et rêvait de l'Europe, avant de s'enfoncer petit à petit dans les tréfonds du classement pour se retrouver mêlé à la lutte pour le maintien.

Samedi soir, les Azuréens ont assuré leur survie en Ligue 1 en battant Auxerre (1-0). Une fois n'est pas coutume, Roberto Bisconti était sur le banc et est rentré au jeu à la 50e. «Quel soulagement!» soufflait le Liégeois. Nous nous sommes mis nous- mêmes en mauvaise posture et nous devions en sortir au plus vite. Pour avoir notre sort entre les mains, nous n'avions qu'une option: gagner! Nous voulions cette victoire bien plus que notre adversaire.»

Les Niçois ont donc rempli leur devoir face à des Bourguignons déforcés. «Il leur manquait quatre titulaires, dont Kalou et Benjani. Et puis, on a senti qu'ils avaient déjà la finale de la Coupe de France en tête...»

«Luigi est dégoûté»

Luigi Pieroni, titulaire hier, fait face à un énorme dilemme: le 4 juin, ce sera le Stade de France ou... Serbie-Belgique. Sa préférence va logiquement vers les Diables. «J'ai eu l'occasion d'en parler avec Luigi, poursuit Bisco. Il est dégoûté! Guy Roux va tenter d'en discuter avec Aimé Anthuenie, mais bon...»

Si les Aiglons étaient descendus en Ligue 2, Bisconti aurait très certainement changé d'air. «C'est pourquoi notre maintien me rend vraiment heureux. Je suis bien installé avec ma famille ici et ça m'aurait ennuyé de devoir encore déménager. Je me sens si bien que je vais prochainement évoquer avec les dirigeants une prolongation de mon contrat, qui expire en 2006.»

Le Diable Rouge a connu une saison très agitée mais le bilan reste positif. «Evoluer dans un championnat de ce niveau ne peut que me rendre plus fort. Techniquement et physiquement, tous les joueurs ici sont de grande qualité. Comparer le championnat français et le championnat belge, ce serait comme comparer Anderlecht et Ostende! Cette saison m'a apporté dans beaucoup de domaines. J'ai eu quelques petits problèmes relationnels ave Gernot Rohr, mais aujourd'hui cela appartient au passé.»

La saison prochaine, les ambitions niçoises seront revues à la hausse. Gérard Buscher, qui assure l'intérim depuis le licenciement de Rohr, devrait très certainement passer la main. Le candidat le plus sérieux est le Corse Frédéric Antonetti, ancien entraîneur de Bastia et de Saint-Etienne, qui aurait déjà signé un précontrat.

© Les Sports 2005