Qui succédera à Alain Courtois comme secrétaire général de la Fédération? La décision sera prise par le comité exécutif, probablement dès vendredi, mais il nous étonnerait beaucoup qu'il ne s'agisse pas de Jean-Paul Houben, de loin le meilleur candidat... encore qu'il ne soit pas candidat. Actuellement, l'organigramme de l'Union belge, en dessous du président et du comité exécutif place comme numéro1 le secrétaire général qui joue le rôle d'administrateur délégué. En dessous de lui, et dirigeant tous les chefs de service, un directeur administratif, Jean-Paul Houben, et, depuis peu, un directeur technique, Michel Sablon. Tous deux entrent évidemment en ligne de compte. Il y en a, logiquement, un troisième, Jean-Marie Philips, le directeur de la Ligue Professionnelle. Mais le clivage entre fédération et Ligue pro ne favorisera pas cette candidature.

HOMME DE L'OMBRE

Contrairement à ce qui se passe pour la présidence, le secrétaire général ne doit pas être membre du comité exécutif. Alain Courtois ne l'était pas. Il s'était pourtant présenté contre son actuel président, Jan Peeters, qui, lui, appartenait à l'instance suprême de la fédération.

Jean-Paul Houben, nourri au sérail fédéral, est l'homme qui, depuis des années, tient l'Union belge debout. Il sait tout, il s'occupe de tout, il est l'élément indispensable au bon fonctionnement d'une institution où il a débuté au bas de l'échelle.

Où pourrait, dès lors, se situer le problème? Tout simplement dans le fait que Jean-Paul Houben est un homme de l'ombre, qui s'y complaît, et qui ne veut pas être médiatisé. Rares sont d'ailleurs les photos où figure l'actuel directeur de la fédération. Si, cependant, Jean-Paul Houben accepte d'entrer sous les projecteurs, plus rien ne s'opposera à ce que le meilleur candidat soit aussi le prochain Secrétaire général de l'Union belge...

© La Libre Belgique 2001