Ce dimanche, le FC Barcelone s'est imposé (2-3) à Villareal mais ce n'est pas le résultat qui restera dans les annales. L'image que tout le monde retiendra est celle de Daniel Alves et surtout de sa réaction après avoir été victime de racisme. Alors qu'il allait tirer un corner, le latéral brésilien a reçu des bananes lancées par des "supporters" adverses. Alves a décidé d'en éplucher une et de la manger... Comme le dit le journaliste Imanol Corcostegui de Rue 89, Alves a littéralement "mangé le racisme".

Daniel Alves n'est évidemment pas le premier à être victime de racisme. Mario Balotelli, par exemple, a souvent été la cible de supporters et de joueurs racistes. Certains pleurent, d'autres s'énervent, tous s'indignent.

Découvrez notre "flop 5" des incidents du genre.

1) Les pleurs de Kawashima

Avant de jouer au Standard de Liège, le portier japonais jouait au Lierse. Lors d'un match contre le Germinal Beerschot, Eiji Kawashima avait été la cible d'un chant déplacé: "Kawashima-Fukushima" de la part de certains fans anversois en référence à la catastrophe qui a touché le japon en mars 2011.

Kawashima s'était énervé pendant la rencontre avant de fondre en larmes dans le vestiaire.

2) La colère de Ouaddou... qui prend une jaune

Le 16 février 2008, le Marocain Abdeslam Ouaddou joue à Metz avec Valenciennes lorsqu'il est pris à partie par un spectateur messin. Le défenseur marocain décide de se rendre dans la tribune pour s'expliquer avec lui. "Je suis sorti du match dans ma tête, j'ai voulu m'expliquer avec cette personne", a déclaré le joueur. "Tout au long de la première période, il a scandé des insultes racistes", avait-t-il précisé.

Reconduit sur le terrain par des stewards, Ouaddou a écopé d'une carte jaune... Une fois la mi-temps sifflée, il décida de ne pas retourner sur le terrain. Après coup, Metz eut un match à huis clos en guise de sanction. Le supporter messin qui avait lancé "sale négro", "sale Arabe" et "espèce de singe" fut condamné à trois de prison avec sursis. Ce dernier avait affirmé que les insultes étaient dirigées vers un joueur du FC Metz et pas Ouaddou... Quelle différence ?

3) Roberto Carlos, dégoûté, quitte le terrain

A 38 ans, après une belle carrière au Real Madrid, Roberto Carlos, joue en Russie à l'Anji Makhatchkala. Pendant un match, durant les arrêts de jeu, le Brésilien reçoit une banane qui tombe à ses pieds. Le joueur l'a ramassée et l'a jeté vers la tribune avant de quitter le terrain, dégoûté.

Kevin Prince Boateng avait également quitté un match amical avec l'AC Milan. Au moment de son transfert à Schalke, Peters Petersle directeur financier du club avait déclaré que son arrivée en Allemagne était due aux "incidents racistes en Italie" .

Crédits photo : Reporters

Kevin Constant, jeune joueur du Milan AC, a connu la même mésaventure, réagissant de la même manière.

4) Une équipe amateur marocaine renonce au championnat

Le Club Casablanca, une équipe composée exclusivement d'immigrés marocains, en avait tellement marre de subir les injures racistes à leur égard qu'elle a décidé de quitter un championnat amateur italien. "Rentrez chez vous les Marocains" a été la goutte qui a fait déborder le vase. L'arbitre n'aurait, semble-t-il, pas réagi...

5) Zokora refuse de serrer la main d'Emre

"On s'est retrouvé face à face durant le match, et il m'a dit: 'Sale nègre'. C'est avec ces mots qu'Emre, joueur de Fenerbahce (Turquie) aurait insulté Didier Zokora, joueur ivoirien de Trabzonspor. Le joueur turc aurait avoué en bottant en touche : "Dans le feu de l'action, on dit parfois de mauvaise choses. J'ai utilisé un mot stupide, mais il a aussi été insultant envers moi. Nous nous sommes excusés à peine cinq minutes après, puis on s'est tombés dans les bras à la fin du match. Je voudrais m'excuser pour ce que j'ai dit."

Comme il le prétend, pas certain que Didier Zokora ait oublié si facilement l'affaire. Les deux hommes se sont croisés lors d'un autre match. Zokora a tout simplement refusé de tendre la main à Emre...

Luis Suarez avait également refusé de serrer la main de Patrice Evra. Sauf que c'était l'attaquant de Liverpool qui était accusé par le joueur français de lui avoir proféré des insultes racistes. L'Uruguayen avait été condamné à 8 matchs de suspension. Evra a, semble-t-il, oublié, en tout cas en partie, cette histoire. Selon le Mirror, le joueur français aurait voté pour son 'pire" ennemi pour le titre du meilleur joueur de l'année en Premier League.