© EPA

Football

Rapaic et Sorondo en plus: le Standard gâté

Michel Dubois

Publié le - Mis à jour le

SCLESSIN Milan Rapaic et Emile Mpenza ne se connaissent pas mais ils vont, très bientôt, se découvrir. Le premier cité s'érigera, peut-être, en pourvoyeur attitré du second dans la nouvelle formation du Standard. Soucieux de ne pas vivre une saison blanche, le médian international croate de trente ans, libéré de Fenerbahce, a enfin accepté l'offre du club liégeois: il a signé à Sclessin un contrat de deux ans.

Le défenseur central uruguayen Gonzalo Sorondo, en disgrâce à l'Inter Milan, l'a rejoint.

Le Standard étoffe ainsi ses cadres de manière... prometteuse. Candidat avoué à l'Europe, il peut désormais espérer défier à armes quasiment égales le Club Bruges et Anderlecht, reconstituant ainsi, après vingt ans de galère, le club des trois grands. Le Standard n'a jamais regretté, ces dernières saisons, d'avoir attiré en bord de Meuse des éléments de valeur dédaignés par leur club d'appartenance. Le Brésilien Andre Cruz, le Portugais Antonio Folha ou le Suédois Frederik Söderström, pour ne citer que les trois exemples les plus significatifs, ont effectué de belles piges au Standard. Les deux premiers y sont même revenus après l'avoir quitté. Milan Rapaic mérite de jouir du même crédit.

Ainsi recomposé, l'effectif du club de Sclessin apparaît riche, varié et performant. Quels sont les ingrédients du succès?

1. D'abord, une saine mentalité, exaltant le collectif comme le Club Bruges vient encore de le confirmer à Dortmund. Le Standard l'a façonnée en éradiquant son effectif de ses divas, de ses individualistes forcenés et de ses enfants terribles dont les outrances n'amusaient plus personne. Ce bon terreau est désormais propice à la culture d'une belle plante. Ce nouvel état d'esprit doit induire une véritable ambition de conquérant, semblable à celle que le Standard a révélée en première période à Mouscron et lors de la seconde au Lierse. Dominique D'Ono- frio et son staff s'y attachent, sans complaisance. Ce Standard-là doit aller de l'avant sur le terrain, sans plus d'atermoiements. Il s'est doté des éléments aptes à privilégier plus encore la profondeur, option tactique confirmée.

2. Si tous les postes ne sont pas vraiment doublés, le Standard recèle désormais une ou plusieurs alternatives dans toutes ses lignes. Sorondo vient aiguillonner Enakahrire, maillon faible de l'axe central. Okpara et Bisconti sont des médians défensifs de valeur. Devant, Bangoura et Kaklamanos ne sont pas vraiment complémentaires. Mpenza devrait être associé avantageusement à l'un d'eux. Le Standard peut même, aujourd'hui, ne pas appréhender la prochaine Can qui devrait le priver, quelque temps, de Kimoto, d'Enakarhire, de Bangoura, voire d'Okpara...

© Les Sports 2003

A lire également

Facebook

Cover-PM

cover-ci

Immobilier pour vous