Après leur victoire de samedi soir face à l'Arménie (2-0, au stade Roi Baudouin) et un jour de repos dimanche, les Diables Rouges ont entamé leur préparation pour la rencontre de mercredi prévue face à l'Espagne dans le cadre des éliminatoires au Mondial 2010.

Pour affronter les champions d'Europe en titre, René Vandereycken disposera d'un groupe au complet puisque tous ses joueurs se sont entraînés ce lundi après-midi, à huis clos. "Ils seront prêts pour mercredi," a-t-il ainsi déclaré avec satisfaction. "Nous allons affronter une équipe qui n'a plus perdu depuis longtemps (NDLR, 26 matchs) donc le challenge sera d'autant plus grand pour nous."

L'entraîneur fédéral n'a, toutefois, pas donné d'indications claires quant au onze de base qu'il envisage d'aligner pour contrer la force offensive ibérique. Il admet, en revanche, que pour espérer prendre des points, ses hommes devront jouer d'une autre manière que samedi dernier face aux Arméniens.

"J'ai revisionné le match et j'ai apprécié le nombre de phases offensives produites mais nous avons un peu laissé faire nos adversaires en seconde période et nous nous sommes relâchés." estime-t-il. "Il est donc clair que nous devrons nous présenter avec d'autres intentions vu que les qualités de l'Espagne sont, elles aussi, tout autres. Je veux donc que nous soyons plus compacts, plus disciplinés collectivement tout en sachant qu'en football, tout est possible. Nous avons déjà battu cette nation par le passé, alors pourquoi pas?"

Vingt huit ans se sont écoulés depuis la dernière victoire belge face à l'Espagne, qui remonte au 15 juin 1980 et une victoire 2-1 lors du championnat d'Europe de la même année, si l'on excepte le succès aux tirs au but lors du Mondial 1986 à Mexico.

Axel Witsel, qui n'a pas encore vingt ans, n'a donc pas connu l'événement. Mercredi, il devrait être de nouveau aligné par René Vandereycken, comme lors des trois rencontres éliminatoires précédentes. "Lorsqu'on débute le football à un jeune âge, c'est pour disputer ce genre de match", explique le médian du Standard de Liège qui retrouvera un certain Fernando Torres, croisé en août lors des préliminaires de la Ligue des Champions face à Liverpool.

"Il n'y a pas que lui car ils ont beaucoup d'autres individualités de talent comme Senna, Xavi, Villa,... Pour notre part, il sera important d'être solidaires, de former un bon bloc si l'on désire au minimum prendre un point. Nous ne devons pas avoir peur de ce match parce qu'il s'agit du vainqueur de l'Euro. Il faut simplement jouer comme nous savons si bien le faire. Une chose est sûre, après notre sept sur neuf, nous ne voulons pas nous arrêter en si bon chemin."

A noter que 13.000 supporters espagnols seront présents dans les tribunes du Stade Roi Baudouin, mercredi. Du côté belge, le Palais a annoncé la présence du Prince Philippe pour encourager les Diables Rouges face au numéro du classement mondial de la FIFA. Coup d'envoi de la rencontre à 20h45.