La crise couvait cette semaine dans le nid des Aiglons. Septième à l'issue du premier tour, Nice se retrouve aujourd'hui mêlé à la lutte pour le maintien. Seule une victoire contre Monaco pouvait ramener un peu de sérénité au stade du Ray... Et c'est ce qui est arrivé! Les hommes de Gernot Rohr ont confirmé leur statut de bête noire des Principautaires en s'imposant 2-1. C'est le jeune Brésilien Ederson qui a inscrit, sur un superbe lob, le but de la victoire, après l'égalisation de l' ASM sur une non moins belle reprise acrobatique de Gigliotti.

Ce succès attendu depuis le 11 décembre coïncide avec le retour dans l'équipe de Roberto Bisconti. Le Liégeois s'était rendu coupable «d'indiscipline» en quittant l'entraînement, suite à un coup direct, sans en avertir son entraîneur. S'ensuivit un clash avec Gernot Rohr, qui ne retint plus le Diable Rouge dans le noyau lors des trois rencontres suivantes. Avant l'importante épreuve monégasque, les deux hommes se sont entretenus en compagnie du président, Maurice Cohen, et ont aplani leur différend.

«Le cas est réglé, commentait vendredi le coach des Aiglons. Bisconti a fait amende honorable. Il a regretté certaines attitudes. On repart de zéro, l'incident est clos. Je veux des gars sérieux et solidaires, des valeurs auxquelles ils s'accrochent. Avec Roberto, on peut être plus fort.»

En effet! Samedi soir, Bisco a été le meilleur homme sur le terrain et son travail de récupération a fait le plus grand bien à la formation azuréenne. L'ancien Standardman était heureux de faire parler de lui pour ses prestations sportives... «C'est vrai qu'on a dit beaucoup de choses sur moi et l'entraîneur. La réponse est venue sur le terrain! Ce qui compte, c'est le club. La mentalité de ce grou- pe est irréprochable. J'ai un caractère, et c'est normal que parfois ça pète... C'est comme ça! Aujourd'hui, c'est oublié. Au niveau du jeu, ce fut dur physiquement en seconde période. C'est normal après trois semaines sans compétition...»

Satisfait de son retour, Roberto Bisconti était surtout heureux de la prestation collective: «On a joué comme une équipe qui en veut et qui ne veut pas descendre. Nous avions à coeur de prouver que notre formation valait mieux que ce qu'elle avait montré ces derniers temps. Quand on voit la façon dont on a réagi après l'égalisation monégasque, ça fait plaisir. L'orgueil qu'on a montré est très positif pour la suite. Après le but d'Ederson, c'était fou, on savait que rien ne pouvait nous arriver. C'est toute l'équipe et le public qui méritent cette victoire!»

Ces trois semaines de mise à l'écart finissent au bon moment car à terme, cette inconfortable situation aurait pu coûter au Liégeois sa place en équipe nationale... «Je suis soulagé d'avoir retrouvé ma place. Les matches de fin mars face à la Bosnie et à Saint-Marin sont capitaux et je ne veux absolument pas les manquer. Défendre les couleurs des Diables Rouges, c'est quelque chose de très important à mes yeux et j'espère que je serai international aussi longtemps que possible...»

© Les Sports 2005