REAL MADRID 2

JUVENTUS 1

REAL MADRID: Casillas, Salgado, Hierro, Helguera, Roberto Carlos, Figo, Makelele, Guti, Zidane, Ronaldo (50e Portillo), Morientes (79e Solari).

JUVENTUS: Buffon, Thuram, Iuliano (46e Pessotto), Ferrara, Birindelli, Zambrotta, Conte, Tudor (79e Camoranesi), Nedved (82e Di Vaio), Trezeguet, Del Piero.

ARBITRE: M. Hauge (Nor).

AVERTISSEMENTS: Birindelli, Iuliano (suspendu au match retour), Zambrotta, Conte,

Ferrara (suspendu pour le match retour).

LES BUTS: 23e Ronaldo (1-0), 45e Trezeguet (1-1), 73e Roberto Carlos (2-1).

Le rendez-vous de mercredi prochain, à Turin, s'annonce somptueux. Même le Stadio Delle Alpi, réputé pour sa froideur, va s'enflammer après le résultat obtenu hier soir à Madrid par la Juventus. Car la courte défaite concédée au Real laisse la porte ouverte à tous les espoirs, grâce au but inscrit à l'extérieur et à l'impression laissée sur le terrain: le Real n'est pas invincible...

Hier soir, les premières surprises ont eu lieu avant le coup d'envoi: avec la titularisation de Morientes côté madrilène et l'absence de Camoranesi chez les Italiens, avec Zambrotta au milieu et Birindelli derrière en marquage sur Figo. Les tactiques étaient claires: Madrid jouait l'offensive alors que Lippi musclait son entrejeu. Cependant, la première occasion de la partie est venue des pieds de Trezeguet, dont la volée était déviée par Roberto Carlos. D'une manière générale, Madrid semblait crispé. Il fallait attendre un quart d'heure et un coup franc de Zidane pour que le public local retrouve le sourire. Il allait crier, de joie, un peu plus tard, quand Ronaldo profitait de la seule erreur défensive italienne de la première mi-temps pour ouvrir le score. C'était le sixième but en dix matchs européens, cette saison, pour le Brésilien.

Malgré une domination madrilène, il a fallu attendre la toute fin de mi-temps pour que Morientes soit mis sur orbite par Ronaldo, mais l'attaquant espagnol plaçait au-dessus. Sur le contre, Tudor lançait Del Piero, dont le tir dévié aboutissait dans les pieds de Trezeguet. On avait peu vu le Français, mais ce dernier mystifia Casillas d'une pichenette intelligente.

La reprise débutait avec un nouveau coup dur pour les Madrilènes, puisque Ronaldo, touché au genou, devait quitter le jeu. Ni Raul, ni Ronaldo devant, même pour une équipe de la puissance du Real, voilà des absences pesantes. Et de fait, les Espagnols perdaient un peu le fil du match alors que Del Piero, via un tir dévié, manquait le 1-2 de peu à l'heure de jeu.

Un but justement validé

Le Real semblait anesthésié par son adversaire et se réfugiait dans des essais lointains, souvent non cadrés. Quand le collectif ne tourne pas, le talent individuel peut faire la différence. Et ce fut le cas, via le pied gauche explosif de Roberto Carlos, qui transperçait Buffon d'un tir croisé. Le juge de ligne levait d'abord son drapeau pour signaler des hors-jeu de position, mais l'arbitre validait justement le but, car les joueurs incriminés n'influençaient pas l'action.

2-1, tout était dit, malgré quelques frayeurs en toute fin de rencontres devant le but de Buffon. Tout le monde semblait satisfait avec ce score. La Juventus n'attendait probablement pas mieux, le Real ne pouvait peut-être pas plus...

© Les Sports 2003