Olivier Deschacht n’est plus le bienvenu aux entraînements du noyau A. Depuis un certain temps, il doit travailler individuellement ou avec les U21. La décision vient de son entraîneur, René Weiler. La dernière ligne droite de Deschacht à Anderlecht risque d’être cauchemardesque.

Hier midi, 13 heures. Les joueurs du noyau A quittent le centre d’entraînement de Neerpede avec le sourire. Deux joueurs les croisent : Hamdi Harbaoui et Olivier Deschacht. Pour participer à la séance de l’après-midi avec les jeunes. Harbaoui a un sourire cynique, Deschacht baisse la tête, visiblement abattu.

La semaine passée , à la conférence de presse avant Anderlecht-Saint-Etienne, Weiler s’était attaqué indirectement à l’icône d’Anderlecht. "Pourquoi il n’est pas repris ? Il n’est pas meilleur que mes dix-huit [sur la feuille de match]. Et vous savez vous-mêmes pourquoi il n’est pas là parce que vous avez aussi des bons contacts avec lui." Bref : sans le dire littéralement, il le soupçonnait de fuiter vers la presse.

Deschacht tombait presque de sa chaise et réagissait dans un tweet, en essayant de ne pas vexer son coach : "Les journaux prétendent que je suis la fuite, alors qu’ils savent que ce n’est pas vrai. Dommage."

La direction déplore la rupture entre l’entraîneur et le vétéran du vestiaire, mais est impuissante. C’est Weiler qui est le boss. Déjà depuis le début de la saison, il n’était pas fan de Deschacht. Oli n’a joué que trois fois à sa meilleure position - celle de défenseur central - Nuytinck était le premier choix. Il a même dû dépanner comme… attaquant (au Standard) et comme arrière droit (à Mayence et à Bruges).

Un avenir flou

L’avenir de Deschacht est donc un grand point d’interrogation. Ayant récemment battu le record de matches officiels de Paul Van Himst (il en a 567), Deschacht est un Mauve et Blanc pur sang, comme il n’en existe plus. Il rêvait de terminer sa carrière en beauté à Anderlecht.

Mais est-ce possible, en devant s’entraîner et jouer avec les U21 ? Si Timmy Simons n’est pas usé à 40 ans, Deschacht ne l’est pas non plus à 35 ans. Sa situation actuelle - il n’a plus que six mois de contrat - va sans doute éveiller l’intérêt de plusieurs clubs. La saison passée, le LA Galaxy était très intéressé, mais Oli préférait rester fidèle au Sporting que de partir à l’aventure.

Lors du mercato, la balle sera à nouveau dans son camp…Yves Taildeman