Roberto Martinez n'a pas dû très bien dormir cette nuit. Avec la blessure de Kevin De Bruyne en finale de C1, l'inquiétude était de mise. Mais heureusement pour les Diables, son Euro n'est pas en danger malgré des fractures au nez et à l'orbite de l'oeil gauche. Si le Catalan n'a pas encore réagi à cette nouvelle, il a été interrogé par Marca ce week-end.

Bien évidemment, il a abordé le niveau de jeu de ses Diables rouges. A commencer par Eden Hazard. "Nous nous attendons toujours à ce qu'il soit là à son meilleur niveau" a-t-il commencé. "C'est notre capitaine et il a beaucoup d'influence. Je pense que ses problèmes physiques sont terminés et nous verrons le Hazard que nous n'avons malheureusement pas encore vu à Madrid. Évidemment, tout le monde espérait qu'il finisse la saison sur une bonne note. Mais l'expérience d'un tel joueur qui a eu une mauvaise année et qui veut exceller dans un grand tournoi est précieuse. Nous allons analyser chaque détail. Depuis des années, le personnel médical travaille avec lui. Il s'en remettra j'en suis convaincu. Il est tellement talentueux qu'il n'a pas besoin d'être en grande forme physique pour faire la différence."

Treize jours avant le premier match contre la Russie, il est également revenu sur le cas Kevin De Bruyne. "Il s'agit de l'un des meilleurs milieux créateurs au monde. C'est impossible d'expliquer ou de comprendre la vitesse avec laquelle il trouve les espaces. Il est également très important dans sa capacité à mettre la pression sur ses adversaires. Pour moi, il est unique au monde."

Enfin, le sélectionneur des Diables rouges a également abordé son numéro neuf incontesté et incontestable: Romelu Lukaku. "C'est un buteur racé avec beaucoup d'instinct. En Italie il a grandi avec Conte. Il a même totalement explosé grâce à l'Italien."

Une nouvelle fois, le Catalan a donné son favori. Et son avis n'a pas changé. "L'Angleterre a ma préférence" avoue-t-il. "Ils peuvent jouer jusqu'à six matchs sur sept à Wembley. Mais le cercle des prétendants est très large. La France, l'Allemagne, le Portugal, l'Espagne... Et puis il y a aussi l'Italie et les Pays-Bas. Bref, la compétition sera très rude mais nous sommes prêts".

.