Roberto Martinez s'est présenté détendu à plus de 24 h du déplacement à Prague dans des conditions particulières. Les forfaits de Vermaelen, Carrasco et des quatre joueurs évoluant en Bundesliga (Meunier, Hazard, Boyata, Casteels) ne lui ont pas fait perdre le sourire.

"On savait qu'on ne pouvait pas compter sur les éléments qui jouent en Allemagne. Pour Vermaelen, la stratégie était de le faire jouer deux mi-temps mais on a décidé de ne pas l'emmener en Tchéquie pour des raisons liées au Covid. Quant à Carrasco, il n'a pas encore récupéré du coup reçu à la cheville avec l'Atletico."

A cause des règles gouvernementales en vigueur en République tchèque, les joueurs évoluant en Allemagne, où l'épidémie de coronavirus a connu un regain, ne peuvent pas voyager en République tchèque. Quant au défenseur central du Vissel Kobe, il a pris un avion direction le Japon dès ce vendredi matin pour ne pas être embêté par les règles liés à la quarantaine.

"Il faudra être concentré derrière comme face au Pays de Galles"

Après ce bulletin médical, le sélectionneur a parlé de son futur adversaire qui a fait forte impression en réalisant un festival offensif en Estonie (2-6). "C'est une équipe qui dispose de beaucoup de forces offensives. Elle excelle dans les transitions et cela convient parfaitement au style de Tomas Soucek, son attaquant. C'est une équipe agréable à regarder. Il faudra être concentré derrière comme contre le Pays de Galles qui n'a cadré qu'une seule frappe. Attention à leurs transitions offensives", a prévenu l'Espagnol.

Un match face aux Gallois qui a cependant rassuré ses éventuelles craintes. "La façon dont nous avons réagi montre à quel point nous sommes rigoureux. Ca peut sembler normal mais c'est loin d'être une formalité au mois de mars quand la fatigue mentale s'est déjà installée."

Il ne reste plus aux Diables qu'à confirmer cela ce samedi soir pour se rapprocher encore un peu plus du Qatar.