La Dernière Heure - Les Sports fait état d’une rumeur qui, si elle venait à se confirmer, pourrait bouleverser le football belge. Lucien D’Onofrio, l’homme qui a refait du Standard un grand club belge, passerait à Anderlecht, l’ennemi héréditaire des Liégeois.

Roger Vanden Stock, le président d'Anderlecht, a rencontré l'ancien homme fort du Standard Luciano D'Onofrio lundi, "afin de discuter d'une collaboration sportive éventuelle, ni plus ni moins", a indiqué le RSC Anderlecht jeudi dans un communiqué. "Aucune décision n'a été prise", ajoute le club bruxellois, qui "s'abstient de tout commentaire".

Incroyable ? Totalement dingue ? Pas tant que ça finalement. Lucien D’Onofrio avait déjà un peu collaboré avec la direction du Sporting cet été quand Milan Jovanovic puis Dieumerci Mbokani, la doublette offensive qui avait fait tant de mal aux Bruxellois à la fin des années 2000, avaient paraphé un contrat à Anderlecht.

Les deux attaquants avaient conservé un lien très fort avec leur ancien patron à qui ils devaient leur passage lucratif à Liverpool pour le Serbe et à Monaco pour le Congolais.

Lors de ces (longues) négociations, Roger Vanden Stock et Lucien D’Onofrio ont profité de l’occasion pour vraiment enterrer la hache de guerre. Les deux hommes, sans doute les plus puissants du football belge, ont beaucoup discuté. Le président d’Anderlecht a, entre autres, confié à l’ancien vice-président du Standard qu’il avait un rêve : remporter une Coupe d’Europe avec son Sporting.

Comme Constant, son papa. Pas la Ligue des Champions évidemment mais l’Europa League.

Un rêve qui n’a rien d’irréaliste quand on consulte le palmarès de ces dernières années en "C2" (Porto, Atletico Madrid, Zenit Saint-Pétersbourg ).

Lucien D’Onofrio et son réseau footballistique tentaculaire pourraient aider fortement. D’autant que l’Italo-Belge caressait exactement le même rêve européen quand il était à la tête du Standard.

Christophe Franken (avec H. Nb.)